Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Ecoutez-voir

Ecoutez-voir

vendredi 11 mars 2011 (Date de rédaction antérieure : 30 septembre 2020).

- ..LAÏCITÉ AU COEUR

Sarkozy veut gouverner comme Louis XIV, la religion en bandoulière. On se souvient qu’au Palais de Latran, il avait dérapé fortement en soutenant que « dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur ».

Le 3 mars à Puy-en-Velay il déclare : « La chrétienté nous a laissé un magnifique héritage de civilisation et de culture, c’est la France, la France que nous aimons, la France dont nous sommes fiers, la France qui a des racines ».

En attaquant la laïcité ainsi que les acquis sociaux du Conseil National de la Résistance, Nicolas Sarkozy s’est clairement inscrit dans une politique de démantèlement du modèle républicain.

Que le destin de la France soit lié en partie avec celui de la chrétienté*, sans doute, mais elle s’est construite aussi contre la chrétienté. En 1789, les révolutionnaires reprochaient à l’église d’être partie liée avec la royauté. La République, même avec ses excès anti-religieux de l’époque, a réussi à séparer l’état de la religion (lois de 1905). Ce sont nos lois laïques souvent mises à mal lors des commémorations républicaines puisque les élus se croient obligés d’inviter à célébrer les cultes en de nombreuses occasions.

La République se fonde sur des principes universels, indépendants des religions, des origines individuelles. C’est une spécificité française. Nous assistons à une offensive sans précédent contre la laïcité et donc contre la république.

J.L

*« CHRÉTIENNETÉ »

Sarkozy l’inculte a encore frappé. Dans son discours de Puy en Velay il a prononcé le mot « chrétienneté » au lieu de chrétienté. Il est coutumier du dérapage : « héritation » au lieu d’héritage (il ne le dit plus, il a suivi un stage), pérein qui serait peut-être le masculin de pérenne. « Conquérance », « supervisation », et en plus les phrases clochardes : « Si y en a qu’ça les démange d’augmenter les impôts », ou « on se demande c’est à quoi ça leur a servi. » Un proverbe latin dit : « un roi illettré est une âne couronné ! ».

MALICETTE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|