« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

Accueil > Archives > Ecoutez-voir.

Ecoutez-voir.

jeudi 23 décembre 2010 (Date de rédaction antérieure : 19 septembre 2020).

- ..ON RECOMMENCE ?

La prime de Noël vient d’être versée aux bénéficiaires de certains minima sociaux. Elle n’a pas été revalorisée depuis plusieurs années. Dans la même période, les prix ont augmenté. Les profits des capitalistes aussi. L’histoire de cette prime est celle du mouvement des chômeurs et précaires de l’hiver 1997-1998 : celle de dizaines de milliers de personnes qui se révoltent contre la misère et les humiliations et font trembler le gouvernement de la gauche plurielle de l’époque : occupations d’ASSEDIC, d’ANPE, de CAF, de CCAS, réquisitions collectives dans les supermarchés, ouvertures de logements vides et bien d’autres actions se succèdent pendant des mois. Cette année-là, le gouvernement finit par lâcher : augmentation massive des minima sociaux (RMI, ASS) et des aides financières qui dépassent largement les misérables 152 euros par personne accordés depuis chaque année… On recommence ?

Rémi

- ...SODIMEDICAL : C’EST NOËL !

Les patrons font ce qu’ils veulent, qu’ils soient allemands ou non, ce qui compte pour eux c’est de liquider quand il y a plus juteux ailleurs. C’est le cas de Sodimédical à Plancy l’Abbaye qui préfère les ouvriers tchèques et chinois aux travailleurs français, 54 hommes et femmes ballottés depuis un an entre espoir et colère et à qui l’entreprise refuse tout simplement d’appliquer les règles du droit. Me Brun, l’avocat des salariés demande que les élus locaux, Adnot et Baroin en tête, se manifestent puisque les collectivités ont versé des sommes importantes pour que la firme allemande puisse s’installer. Le maire de Plancy vole à leur secours, les pauvres. « Adnot, dit-il a soutenu le site de Plancy. »Certes, le maire se scandalise de la fermeture du site, mais « comprend que les actionnaires financiers préfèrent fermer pour délocaliser en Chine et avoir plus de dividendes… » On se pince. On pense que c’est de l’humour noir. Mais non, il ajoute : « Sauver les emplois, je crois qu’on y arrivera pas ». Un peu plus loin, concernant les sommes avancées par les collectivités (300 000 € en 2003), le maire de Plancy baisse les bras et soupire : « Je ne demande pas qu’ils remboursent. C’est fait, c’est fait. Mais le minimum, c’est un vrai plan social ».

On est en plein hiver, en pleine crise capitaliste, on va fêter le petit Jésus dans la crèche. Comme cadeau, nos élus distribuent l’abandon et le découragement. La mairie de Plancy pourrait offrir aux enfants de ces salariés, je ne sais pas, un jeu de Monopoly.

Dédé Alacampagne

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|