« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

Accueil > Archives > Ecoutez-voir...

Ecoutez-voir...

jeudi 21 octobre 2010 (Date de rédaction antérieure : 24 septembre 2020).

-  Une petite pensée pour Cartelet et Auzols...

Ah, il s’éclate bien le petit notable de l’UMP aux commandes de la ville la plus à gauche du département. La dégringolade de saloperies que Sarkozy fait tomber sur le dos des Français ne suffit pas à le rassasier. Après avoir rebaptisé un quartier au nom d’un collaborateur du régime nazi, M. le Maire continue de s’en prendre à la population romillonne et particulièrement aux plus modestes. Suppression de la gratuité des études surveillées, augmentation de 63% de la cantine scolaire suscitant l’exaspération d’une grande partie des Romillons. Un vrai massacre, c’est comme si on avait mis un loup enragé dans une bergerie, il tue par plaisir. Mais au fait comment ce type a pu être élu maire de la ville rouge. C’est tout simple, grâce à l’aide de sieur Cartelet et dame Auzols qui ont préférer livrer la ville à l’UMP plutôt qu’au rassemblement de la gauche. Donc voilà en ces années de pénitences, je souhaite vraiment que les Romillons aient une petite pensée pour eux. Encore merci.

Ségolène

- ..Bret conseiller général de gauche

Sarkozy a Besson, Baroin a Bret,. Et bien entendu pour que le coup médiatique fasse son effet, ces deux-là se revendiquent toujours de gauche. Moi ça m’fait toujours drôle de voir Bret estampillé divers gauche. Heureusement vous m’direz autrement le conseiller général du PRG, excusé lors de la dernière session publique aurait été obligé de donner son pouvoir aux communistes ! …et maire adjoint de droite... Donc Bret avec le pouvoir du PRG, s’est abstenu sur la fin de la gratuité dans les transports scolaires. Il ne s’oppose pas à sa suppression (faut pas lui en demander de trop quand même) il revendique la mise en place du quotient familial. C’est un récidiviste, il avait aussi poliment demandé le quotient familial pour la restauration dans les collèges. Bien on peut considérer que sa sensibilité, ex socialiste néo pro- Baroin, ne soit pas majoritaire au conseil général. Par contre Bret il est maire adjoint à Troyes et on attend toujours son action pour la prise en compte des revenus dans les écoles troyennes. Aujourd’hui l’insupportable est toujours de rigueur. Dans la ville du ministre du budget que l’on soit fils de smicard ou de notable, la cantine c’est le même prix !

Passy Cohnn

- On n’arrête pas le pire

Une assurance troyenne annonce sur une belle affiche : « pourquoi payer comme un malade quand je ne suis pas malade ? » C’est une publicité scandaleuse car elle appelle les gens à condamner l’action solidaire, les règles sacro-saintes construites à la libération dans le but d’assurer à tous une correcte couverture de santé. On promet aux gens en bonne santé le remboursement à 50 % de leurs cotisations. Les malades paieront donc le double des non-malades. Voilà à quoi mène la politique gouvernementale qui met en concurrence les mutuelles de santé et les assurances. Une loi devrait interdire le bonus-malus sur la santé ! Notre santé n’est pas une marchandise. « Mon corps n’est pas une bagnole » disent les Mutuelles de France.

Malicette

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|