Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeur

Humeur

jeudi 30 septembre 2010 (Date de rédaction antérieure : 27 septembre 2020).

- TCHERNOBYL ECOLO

Auboisement-Correct a organisé avec succès la projection du film de Coline Serreau « Solutions locales pour un désordre global ». La salle du Ciné-City était pleine et chaude d’affection pour ce film un peu bavard, mais intelligent, militant, politique malgré son titre. On aurait pu penser que l’auteur avait pour intention de nous infliger une fois encore la tarte à la crème de l’écologie pour écoliers ramasseurs de papiers gras, une écologie qui montre du doigt les citoyens indignes, les vous et moi que nous sommes, consommateurs à tout crin, pollueurs impénitents et destructeurs de notre terre « bleue comme une orange. » Il n’en a rien été. Des désordres locaux et des luttes qu’elles nourrissent peut naître une solution globale ! Beaucoup ont compris que l’écologie avait besoin de solutions politiques pour sortir de cet étouffement dont les multinationales nous menacent. Il est clair que la terre martyrisée par la chimie, que les forêts massacrées par le capitalisme, que l’eau gonflée de nitrates, que tout cela tire son origine du fonctionnement de notre société mercantile. Il faut donc « faire de la politique » !

Tout n’est pas encore d’une grande clarté pour tous. Les industriels usent abondamment du langage de l’écologie. Ils se coulent dans le moule de la mode et inventent le « capitalisme vert », expression totalement contradictoire* qui en trompera encore beaucoup pendant un certain temps. La droite au pouvoir vit de pirouettes pour sauver le productivisme qui ravage les hommes et la planète.

Les manifestants du jeudi 23 septembre, plus lucides, ont muré la permanence de l’UMP. Ils avaient bien compris que le parti présidentiel, valet des grands pollueurs capitalistes, était un Tchernobyl politique qu’il fallait enfermer de toute urgence.

Malicette

* On appelle ça un « oxymore ».

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|