« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

Accueil > Archives > Humeurs

Humeurs

vendredi 24 septembre 2010 (Date de rédaction antérieure : 20 septembre 2020).

- LE PATRIMOINE ENTRE RICHESSE ET MISÈRE

Les journées du patrimoine ont connu encore un beau succès. L’occasion dans notre département où le beau XVIe siècle resplendit de (re)découvrir les trésors laissés par les architectes et les imagiers champenois.

L’occasion aussi de se faufiler entre les échafaudages, ce qui est plutôt bon signe, même si les travaux s’éternisent ; l’occasion de se demander combien de temps vont encore survivre quelques édifices laissés à l’abandon ; l’occasion de se révolter (une fois de plus) en constatant que des statues magnifiques sont laissées en pâture aux insectes ou sont réduites au rôle de latrines à pigeons, l’occasion de déplorer la perte qui semble aussi irrémédiable que rapide de la peinture murale de Chaource.

Bien sûr, le respect du passé a des limites et on ne peut pas tout garder. Bien sûr, nos églises et leurs images atteignent presque toutes ensemble leur demi millénaire d’existence. Bien sûr, les travaux de consolidation des édifices et de restauration des oeuvres d’art coûtent cher. Mais qu’elles sont belles nos statues rénovées dans le cadre de l’expo de Saint-Jean et à nouveau mises en valeur grâce aux conférences organisées ces temps-ci par le centre Pithou ! Et on nous refait le coût des retraites et des vieux qui vivent trop, de la Sécu et des malades qui se soignent trop. Maintenant, nous avons trop d’églises et trop de pièces de musée qui n’ont pas rejoint les musées étrangers ou les collections privées.

Au XXIe siècle, nous n’aurions plus les moyens d’entretenir ce qui a surgi au XVIe ? Il faudrait se résigner à ce que notre démographie, nos possibilités techniques, notre productivité, notre main d’oeuvre disponible ne nous permettent que l’essentiel : faire des chèques à Bernard Tapie et à Liliane Bettencourt, assurer le train de vie de la maison impériale et garantir les dividendes du CAC 40 ?

Guy Cure

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|