Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeur

Humeur

jeudi 16 septembre 2010 (Date de rédaction antérieure : 27 septembre 2020).

- LA COLÈRE ENFLE : MATHIS SORT LE GROS MATOS

La fête de l’huma est terminée. J’en ai entendu parler dans les médias, par ci, par là. On a fait causer Mélenchon et même Harlem Désir. France-Inter, au « dimanche-soir politique  », a recouvert le tout de la voix soyeuse de Ségolène, sorte de tampax médiatique à l’écoulement rouge. Dans Libé et l’Est-Eclair, pas un mot sur la fête majuscule, à part lundi, un moche articulet page 45, glissé entre l’affaire Woerth et le bébé de Natacha Amal.

Nous sommes ainsi bien couverts, comme par temps de pluie. Justement y a la crise et faut protéger le bon peuple des erreurs et des fourvoiements. Inutile de lui laisser croire qu’on peut être des milliers et des centaines de milliers, comme à la Courneuve, pour s’unir et pour réclamer des retraites à 60 ans à taux plein, alors que le patronat et Sarkozy s’évertuent à nous montrer le danger mortel pour la France du maintien des acquis de la Libération.

Cet étouffoir à penser possède dans l’Aube sa quincaillerie criarde. Le député Mathis ne se sent plus pisser et insulte les travailleurs et les enseignants comme on le faisait sous Pétain, en toute impunité*. Mathis sort le gros matos. Sa camelote ne vaut pas tripette, mais lui assure une autorité sur les veaux, comme disait De Gaulle des gens « qui s’avachardisent et qui n’ont que ce qu’ils méritent ».

Cette année, les clameurs et les défilés prennent de l’ampleur, la fête de l’huma chausse du 45, la force populaire qui grandit peut casser l’insolence des nantis et de ceux qui leur servent la soupe. Jusqu’à quand tiendront-ils la cuiller d’argent  ? C’est peut-être à nous de le décider.

Malicette

* Rappelons ses fières paroles : « Le travail n’a jamais tué personne » et, à propos du résultat du travail des enseignants  :« Nous sommes juste devant l’Albanie. »

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|