Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeur

Humeur

vendredi 20 août 2010 (Date de rédaction antérieure : 28 septembre 2020).

QUESTIONS D’EFFORTS

Marc-Aurèle, empereur romain, pas un des plus mauvais d’ailleurs, était aussi philosophe. Dans ses Pensées pour moi-même suivies du Manuel d’Epictète, il écrivit : « chacun vaut ce que valent les objectifs de son effort » Philippe Adnot, président du Département, écrit dans son prospectus de réclame, l’Aube Nouvelle : « le Conseil général de l’Aube est prêt à apporter son soutien à l’effort collectif ». Nos oreilles bourdonnent pourtant encore du tonnerre de ses tempétueux anathèmes contre la réforme des collectivités territoriales. Baroin n’Co ont aussi poussé la chansonnette. Plus moderato, il est vrai. Sorti du placard de Sarkozy, le ministre du budget sinistré a, le premier, arrêté l’école buissonnière ; les autres « fugueurs » de la droite départementale sont aussi rentrés dans le rang, le petit doigt sur la couture du pantalon. Fallait s’y attendre.

Bref, l’heure est à la « sauvegarde », comme dit Adnot qui a un plan. Et qui dit « sauvegarde » dit effort, car sans « effort » on ne sauve, ni ne garde rien. Entendez par là qu’on ne pourrait pas sauver, et encore moins garder, un système capitaliste en crise profonde. Mais un plan de « sauvegarde », c’est quoi ? C’est quand on oblige une grande majorité de gens à vider leurs bas de laine pour qu’une toute petite minorité puisse continuer, sans effort, à remplir les siens. L’effort, c’est un machin de pauvre. Le richard décide comment, quand et qui doit produire un effort. Jamais il n’y participe, il risquerait de devenir pauvre à son tour !

En septembre, les parents vont devoir débourser pour le car qui conduit leurs enfants à l’école. Avant c’était gratuit. Terminé, c’est l’effort. C’est d’ailleurs ce qui caractérise l’effort selon la droite ; faire payer ce qui était gratuit, diminuer la qualité d’un service public déjà payant : c’est moins, moins bien, mais plus cher. En suivant Marc-Aurèle, les « objectifs de l’effort » consistent, pour la droite, à sauver le capital. Elle ne « vaut » donc que par cela. Et si nous faisions l’effort de nous débarrasser de la droite ?

Rémi

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|