« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

Accueil > Archives > Humeurs

Humeurs

jeudi 24 juin 2010 (Date de rédaction antérieure : 24 septembre 2020).

- TROP FORT

Chacun avait bien compris l’objectif : profiter de la coupe du monde de foot pour présenter la régression des retraites. Il s’agissait de fournir un dérivatif à la colère, d’alimenter les brèves de comptoir à la source de l’enthousiasme pour endormir l’inquiétude, de susciter un élan national dont le gouvernement tirerait profit. La manoeuvre avait une limite : tous les Français ne sont pas passionnés par le foot, et encore moins par ces grand-messes où le sport n’est plus qu’une occasion au fric d’étaler sa toute-puissance. Et l’actualité sociale risquait de ne pas s’effacer devant les exploits des bleus.

Mais là, chapeau ! Sarkoléon-le-petit a fait la preuve qu’il maitrisait l’info avec génie. Il n’est pas question ici de l’utilisation de la marionnette de gauche Jean-Luc Hees dans l’édulcoration de France inter, mais de la façon magistrale avec laquelle notre prince-président a utilisé toutes les ressources du foot.

Qu’on n’aille pas me parler de coïncidences. Tant d’accumulations ne doivent rien au hasard ; depuis cette montée en puissance de la main de Thierry Henry, qu’on avait cru un geste anodin de tricherie, alors que ce n’était que le prélude d’une opération machiavélique de communication. Zahia, c’était déjà du grand art, avec la mise en panne de la machine judiciaire pour cause de notabilité des mis en cause. Excellent, le coup de la suite d’hôtel de Rama Yade qui, par comparaison, relègue les chambres des bleus au rang d’un Formule 1 ! Et quel feu d’artifice ensuite, avec Anelka jugé indigne de représenter la France après son « casse-toi, pauv’ con ! ». Moi-même qui n’éprouve plus la moindre émotion foutiste depuis que Flamion a quitté l’ASTS, je me suis régalé en entendant un nommé Evra évoquer des traitres à éliminer. Même les détails étaient soignés  : un responsable de la FFF, déniant que le communiqué lu par Domenech ait été écrit par les joueurs puisqu’il « n’y avait aucune faute d’orthographe ». Quel raffinement ! Que mes amis fouteuphiles me pardonnent ce billet, mais vraiment la comm’ de Sarkoléon, c’est trop fort !

Guy Cure

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|