« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

Accueil > Archives > Humeurs ILS SONT PÉNIBLES !

Humeurs ILS SONT PÉNIBLES !

jeudi 10 juin 2010 (Date de rédaction antérieure : 19 septembre 2020).

ILS SONT PÉNIBLES !

Le temps passe et les sujets de préoccupations dictés par les médias défilent. Le gros problème dont les braves gens me parlaient récemment, c’était les apéros géants. Aujourd’hui, ils sont sans doute partagés au sujet de l’hôtel des fouteux nationaux, pro-Rama Yade ou pro-Roselyne Bachelot. Dérisions de nous dérisoires, chantait Souchon. Quel débat sur les retraites ? Un débat, pour quoi faire ?

L’espérance de vie a augmenté ; tout est dit. Les infos ont cessé de traiter du sujet au moment de discussions à la marge sur les métiers pénibles, et sont passées à autre chose. Dommage, car même la marge était intéressante. Séquence nostalgie : Le bonnetier, qui terminait sa journée de travail les pieds cuits par la graisse dégoulinant des rouages de ses métiers, avait aussi la fierté des bas tricotés, des aiguilles redressées. Et il participait aux applaudissements du patron qui venait dresser un bilan de l’entreprise à l’occasion de l’arbre de Noël. L’instit qui libérait ses élèves en juillet en avait parfois la larme près des yeux. On pourrait allonger la liste des souvenirs.

Quelle proportion d’ouvriers tirent aujourd’hui satisfaction de leur travail ? Travail pénible ; vient aussitôt l’image du maçon poussant sa brouette de mortier, celle du travailleur immigré égalisant le bitume fumant. On ne pense pas immédiatement à l’employé de France Télécom avant qu’il se suicide, au prof qui essuie injures et crachats et qui pleure en entrant en classe. Où sont les limites de la pénibilité ?

Les dividendes des actionnaires ont relégué le paternalisme patronal dans les livres d’histoire. Ils privent de travail, ou ils rendent le travail invivable.

Tous les métiers deviennent pénibles. Il faut garder la retraite à 60 ans !

Guy Cure

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|