« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

Accueil > Archives > Ecoutez-voir....

Ecoutez-voir....

jeudi 22 avril 2010 (Date de rédaction antérieure : 24 septembre 2020).

- ...CHEZ LE GARAGISTE

Monsieur le Directeur,

Je suis venu à Renault Minute le 2 février dernier pour changer 2 ampoules. Celles-ci coûtaient 1,45 € et 3,10 €. Le temps de pose a duré quelques minutes. (Comme l’indique votre enseigne).

La facture s’est élevée à 42,95 € ! Presque 5 heures de SMIC brut.

Ne pensez-vous pas qu’il y a une sorte d’effronterie à pratiquer de tels tarifs ? Comment en effet justifier une telle facture pour un si maigre service ?

Il y a tout de même sur votre relevé une ligne réjouissante qui m’encourage à continuer de vivre dans ce monde menacé par de si nombreux dangers : « Participation au recyclage des déchets 1,26 € ». Merci d’abord de détruire mes 2 ampoules usagées. Je comprends votre souci de me faire payer une si petite prestation. C’est de la pédagogie. Il faut rappeler en effet aux usagers leur capacité de nuisance et appliquer en toutes circonstances le PPP, Principe Pollueur-Payeur. Je vous adresse mes sentiments très distingués.

Malicette

- ...VICTOR HUGO N’AURAIT PAS PU IMAGINER...

Ministre de l’Intérieur, il vouait les habitants de la cité des 4000 à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) à un nettoyage au « Kärcher » et traitait de « racaille » les jeunes d’un quartier pauvre d’Argenteuil (Val-d’Oise). Président de la République en mal de popularité, il est revenu hier sur les lieux de sa démagogie.

En allant introniser en personne à Bobigny un membre de son cabinet comme préfet de Seine-Saint-Denis, il annonce, sous couvert de lutte pour la sécurité publique, la guerre contre les familles les plus pauvres, des pères et des mères, et souvent des mères seules, épuisées par la précarité, fragilisées et démunies sous l’effet du chômage. Aux hommes et aux femmes qui ont besoin d’un soutien pour élever leurs enfants, il menace de supprimer les allocations familiales alors qu’ils manquent déjà de tout dans les ghettos sociaux où le libéralisme les tient confinés.

Le motif de la mesure de représailles prêterait à rire, ou plutôt à pleurer : la lutte contre l’absentéisme scolaire ! Si la cause est juste, l’homme qui occupe encore l’Élysée est sans doute le plus mal placé pour punir les parents, lui qui supprime année après année des dizaines de milliers de postes d’enseignants, ne remplace qu’un fonctionnaire sur deux lors des départs à la retraite. « Ouvrez une école, vous fermerez une prison », disait Victor Hugo. Le poète, qui tonnait contre Napoléon le Petit, n’aurait pu une seule seconde imaginer qu’un siècle et demi plus tard, un chef d’État républicain s’appliquerait à faire l’inverse.

Pierot

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|