Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeurs

Humeurs

jeudi 26 novembre 2009 (Date de rédaction antérieure : 1er octobre 2020).

-  JEUX DE MAINS

Si ta main est une occasion de chute, coupe-la et jette-la au loin (Mt IV,30) Il ne faut jamais remettre à deux mains ce qu’on peut faire d’une seule (dicton populaire) L’histoire s’accélère, les choix de société se bousculent. L’actualité nous en donne deux exemples : faut-il condamner Thierry Henry ? Faut-il interdire la fessée ?

À propos de Thierry Henry, je n’hésite pas un instant à prendre le contre-pied de tous les discours hypocrites qu’on a pu entendre. Car enfin, l’enjeu était bien la qualification ; et le but est atteint. Pourquoi avancer des arguments moraux en faisant semblant d’oublier que des millions d’euros étaient en jeu ? À ce compte-là, il faudrait accuser de tricherie les dirigeants d’entreprise qui délocalisent ; il faudrait jeter l’opprobre sur tous les chefs d’état qui organisent le commerce mondial pour en faire profiter généreusement leurs amis les plus chers, et dénoncer leur esprit d’équipe ? Il faut laisser Thierry Henry pour ce qu’il est : un merveilleux symbole de réussite, digne de notre époque.

Edwige Antier est un autre exemple de réussite. Comment sortir de l’anonymat des godillots, quand toutes les décisions importantes ont déjà été prises par le prince-président. Il fallait trouver le bon créneau. Bravo ! Avec sa proposition mi anodine mi égrillarde, Edwige a acquis la parcelle de notoriété convoitée. Son seul mérite aura été de remettre dans l’actualité la fessée de Brassens dont la main vengeresse est retombée vaincue. Sérieusement, j’ai repensé à cet enseignant des prisons, qui constatait que de nombreux jeunes qu’il accueillait dans ses cours avaient vécu une enfance sans obstacles, sans contraintes, sans refus. La prison était en quelque sorte leur première fessée. Il aurait peut-être mieux valu leur donner un coup de main quand ils avaient du mal à trouver leurs repères. Guy Cure

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|