Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeurs

Humeurs

jeudi 12 novembre 2009 (Date de rédaction antérieure : 27 septembre 2020).

- CHICHE !

C’est qu’il n’est pas content du tout, Charles Pasqua. Un an de prison ferme, il trouve que c’est injuste. Non pas parce qu’il n’aurait pas commis les faits qui lui sont reprochés, mais parce que sa responsabilité est partagée et que les autres sont passés entre les gouttes de l’averse. Les autres : Chirac, Villepin, Juppé, Balladur. Que du beau monde que Charles Pasqua aimerait bien voir mouillé aussi. Comme quoi la solidarité aide à supporter le malheur. Alors Pasqua a repris sa mine de Fernandel indigné et il menace de rafraichir la mémoire de Chirac.

Justement, aussitôt après Giscard, Chirac se penche sur son passé. Mais c’est un ouvrage plein de vide, à l’image des promesses électorales de son auteur. Et Charles Pasqua n’y a pas trouvé son compte. Le voilà qui réclame l’ouverture d’archives du ministère de l’intérieur. Il sait bien que cela ne risque pas d’arriver. Il est des murs du silence et d’argent bien plus difficiles à briser que des murs de béton. Pourtant on aimerait bien. Et on aimerait bien que la lumière soit faite non seulement sur l’affaire des ventes d’armes à l’Angola qui a valu sa condamnation à Charles Pasqua, mais aussi sur d’autres affaires où il a été cité : l’affaire du siège de GEC-Alsthom Transport, l’affaire de la Sofremi, l’affaire du casino d’Annemasse, l’affaire Pétrole contre nourriture, l’affaire de la Fondation Hamon, l’affaire Elf, l’affaire de l’Union des groupements d’achats publics ; une affaire de recel d’abus de biens sociaux. On en apprendrait aussi sur le SAC et l’enlèvement de Mehdi Ben Barka, sur le suicide de Boulin et l’assassinat de quelques manifestants.

C’est que Charles Pasqua fut vraiment un acteur de premier plan de la vie politique de ces dernières décennies et de ses bas-fonds. Il n’y a guère que pour l’un des mariages de Sarkoléon qu’il s’est contenté d’un rôle de témoin.

Guy Cure

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|