Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeur

Humeur

jeudi 22 octobre 2009 (Date de rédaction antérieure : 28 septembre 2020).

CORNEILLE

" Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées La valeur n’attend pas le nombre des années. " Ces vers de Corneille, Jean Sarkozy les a reçus dès le berceau, le 1er septembre 1986 à Neuilly. Sa mère Marie- Dominique Culioli est Corse, le témoin du mariage de ses parents n’est autre que Charles Pasqua, tandis qu’Hortefeux est le parrain de l’enfant. Hortefeux, Neuilly, Napoléon, Pasqua, la Corse, des autoroutes impériales sont ouvertes au nouveau-né.

Le petit Jean a tout essayé pour réussir. Il est beau. Il parle aussi vite que son père. L’ambition le tenaille. On lui fait fréquenter quelques écoles, ND Sainte-Croix, les lycées Pasteur et Henri IV, l’Université de Droit. Il ne fait pas long feu dans ces boîtes. Il sent bien que sa voie est ailleurs. Car tout doit être solutionné du premier coup. On lui vole son scooter ?- Il s’achète aussitôt une Rolls. Il essaye ensuite le théâtre. Non, tout de même, pas clown ! Pourtant son père, lui, n’hésite pas, il devient président de la République. Nous sommes en 2007. Jean ronge son frein et se met à espérer follement. La politique le démange. On le présente aux cantonales à Neuilly. Miracle, il est élu. C’est alors que le père Président le remarque et voilà Jean président du groupe UMP des Hauts-de-Seine, puis promis à celui de l’EPAD. Nos lecteurs à petit budget ne savent sans doute pas que l’EPAD, chargé de l’aménagement du Grand Paris, brasse des milliards.

Jean sera-t-il capable d’assumer ?

Bien sûr que si. À l’UMP, on ressort les lois de la génétique. Tel père, tel fils. Ils ont raison, le fils de Zidane ne tape-t-il pas dans des boîtes de conserve sur le chemin de l’école ? Le fils de Sarkozy peut fort bien s’asseoir dans un fauteuil en maroquin. Le maroquin prépare bien aux fonctions ministérielles.

Il n’y a que les mauvaises langues, la presse et l’opinion publique qui trouvent tout ça dégueulasse. Peu de monde en vérité.

Malicette

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|