Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeurs

Humeurs

jeudi 15 octobre 2009 (Date de rédaction antérieure : 28 septembre 2020).

-  LA GRACE

Cinq bienheureux viennent d’être canonisés par Benoît XVI. Leur choix vient en prolongement et en illustration de la dernière encyclique CARITAS IN VERITATE. Le pape revient sur un terrain moins instable, après des prises de position nauséabondes il y a quelques mois. Les nouveaux élus ont comme point commun de s’être dévoués pour les pauvres, les malades, les personnes âgées. Une générosité respectable. Dans son commentaire, le pape s’est dit scandalisé par la solitude des personnes âgées " parfois même abandonnées de leurs familles ". En mettant les familles au sommet de l’indignité, j’ai peur d’une généralisation hâtive. A cet homme-là, ne confiez pas la première pierre !

Le Premier ministre de la République française assistait à la messe. Sa femme Pénélope avait préféré l’accompagner plutôt qu’attendre son retour à la maison. L’AFP nous apprend aussi que François Fillon a rendu hommage à la nouvelle sainte, Jeanne Jugan, qui vivait au temps de la révolution industrielle. S’agissant de la pauvreté mondialisée actuelle, François Fillon a fait preuve de lucidité : il a évoqué " les failles d’un capitalisme qui ne doit pas être sans foi ni loi ".

Capitalisme. Un mot que l’encyclique pontificale ignore superbement. On ne peut pas en vouloir à Benoît XVI : il se rappelle la célébration de la messe définie au XVIe siècle, mais il a oublié l’évènement plus récent de Vatican II. S’agit-il des signes d’Alzheimer, et qui expliquerait les sollicitudes du pape envers les personnes âgées ?

Quoi qu’il en soit, rendons grâce. Notre Premier ministre vient d’être touché par la grâce. Il a eu la révélation à Rome d’un système où la morale n’a pas de place, où aucune loi ne limite le capitalisme. Il suffisait d’y penser : dès son retour, une loi interdira la pauvreté. Les restos du coeur peuvent annuler les préparatifs de la prochaine campagne.

Guy Cure

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|