Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeurs

Humeurs

lundi 5 octobre 2009 (Date de rédaction antérieure : 28 septembre 2020).

- VIVE LE ROI

J’ai beaucoup de compassion pour Henri d’Orléans, comte de Paris. D’abord, il a dû vivre 34 ans dans le péché.

C’est le temps qu’il a fallu au Vatican pour annuler son précédent mariage devant Dieu. Jusqu’à samedi dernier, son union avec la princesse Micaela n’avait été constatée que par un officier d’état-civil ceint de l’écharpe de la République. Tout est bien qui finit bien, de ce point de vue au moins. Mais à cette occasion, certains médias ont présenté Henri comme le prétendant au trône de France. Et là, je crains qu’il ne doive attendre plus longtemps. C’est qu’il ne s’agit plus de trouver les bons arguments pour convaincre quelques décideurs bien placés dans la Curie. C’est tout bonnement que la place est prise !

Qu’on ne se moque pas d’Henri et de Micaela ! Après tout, ils sont fidèles à des principes et l’actualité ne nous montre pas si souvent ce type de comportement. Henri gagne la comparaison avec notre souverain actuel qui se fait introniser chanoine avant d’épouser sa troisième femme. Il gagne la comparaison avec Giscard qui publie ses fantasmes et convoque une morte pour la promotion de son livre. On n’a jamais entendu dire qu’à l’instar d’un fils de Président et d’un fils de Premier ministre, un parent proche du comte de Paris se soit comporté sur la route comme un voyou et ait bénéficié d’une surprenante indulgence de la part de la Justice. Décidément, Henri aurait mérité plus d’indulgence de la part de Benoît XVI qui ne semble pas excessivement troublé par les frasques de Berlusconi et qui ne voit de " régimes oppressifs " que dans les anciens pays socialistes.

Faut-il que la démocratie républicaine soit bien galvaudée pour que j’en vienne à trouver des mérites au " prétendant au trône " !

Guy Cure

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|