Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Ecoutez-voir

Ecoutez-voir

jeudi 20 août 2009 (Date de rédaction antérieure : 28 septembre 2020).

-  ..LA CULTURE, CA COUTE

Quand on part en vacances, on rêve de visiter tous les châteaux de la Loire sans compter ceux de l’Orne, de la Dive, de la Barse et de la Seine et j’en oublie. Il y a des petits coins charmants comme disait la pub autrefois pour faire sortir les vélos du garage. Aujourd’hui, il y a le patrimoine et l’on invente des musées à gogo pour attirer le vacancier : Musée de la brouette, de la Cuillère à pot, de la Poupée ébréchée sans oublier le célèbre musée de la Pomme de terre en robe de chambre que le président Félix Faure ( [1]) honora de sa visite avant de mourir d’amour . Quant aux festivals, le midi en est plein et ça remonte jusqu’en Bretagne et même chez les Chtis.

Et pour voir tout ça, il faut payer, payer encore, payer toujours car il faut encourager les initiatives privées et publiques. Et c’est cher à entretenir ce beau patrimoine qui sans votre obole finirait par crever. Alors on sollicite partout votre bourse et c’est pas donné. 5 € (convertis souvent en 4,90), 6, 7 € pour les châteaux. Les sons et lumière : 16 € pour la grande bataille de Saint-Fargeau, 15 pour Vindovera, 10 pour le moindre château de la Loire. Si vous convertissez en ancienne monnaie ça donne dans les 30 à 120 F tout de même. Le passage à l’euro a tout augmenté en douceur. Quant aux spectacles ce sont souvent des images énormes à flanc d’église et de muraille ce qui économise du personnel d’ailleurs souvent bénévole. Comme pour les premières " Cathédrale de lumière " troyennes, ce sont généralement des catastrophes de lumière et des cathédrales de dépense.

Pour le mémorial de Caen qui relate la bataille de Normandie et la Libération de la France, la gratuité de la leçon d’histoire devrait s’imposer. Pas du tout. Il faut payer pour devenir citoyen.

J’ai préféré rester à Troyes pour voir " Ville en lumière " et mon beau et preux chevalier Lancelot. Ce n’est pas d’une originalité folle, mais c’est gratuit.

Malicette.

Notes

[1Le président Félix Faure mourut dans les bras de sa maîtresse à l’Elysée. Les mauvaises langues disent qu’une fellation l’aurait épuisé et Clemenceau toujours aussi terrible aurait lancé sa formule assassine : " Il voulait être César, il ne fut que Pompée. "

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|