Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeurs

Humeurs

jeudi 2 juillet 2009 (Date de rédaction antérieure : 30 septembre 2020).

- MICHAEL JACKSON

Je ne sais pas si vous le savez mais Michael Jackson est mort. Depuis, la terre entière chiale la disparition du gosse. Normal, c’était le plus grand musicien du monde. Au-dessus, il n’y avait que dieu. Et encore ! Au-dessous y a tout le reste. Mozart, je ne sais pas trop où le placer. C’était autrefois. On a perdu les critères. Les tests n’existaient pas non plus. Ni les savants médias d’aujourd’hui. Après, nous avons eu Beethoven, Berlioz, Debussy, mais on n’en parle plus. . D’ailleurs, qu’est-ce qu’il a écrit Debussy ? La Mer ? Ah ! Bon, je croyais que c’était Trenet. Aujourd’hui, notre chance c’est les médias, radio, télé, Internet. On est branché sur le monde entier. Les gens qui parlent là-dedans sont des voix officielles. Elles fréquentent la vérité de tout près. Elles ont des échelles de comparaison. Elles savent ce que nous devons penser. Et apprécier. C’est grâce à elles que je sais que le génie musicien du siècle s’appelait Michael Jackson. L’autre jour, (c’était avant la grande nouvelle), j’étais aller écouter Daniel Propper, un pianiste suédois d’une rare vélocité. Il passait par Troyes. Il a voulu nous faire plaisir. Il a joué une oeuvre d’Olivier Messian, le grand Messian loup de la musique. Un truc totalement ingénieux. Je me suis dit, voilà un génie de la musique où je ne m’y connais pas. Effectivement, je n’y connaissais rien, puisque c’est Jackson le génie. Il n’y avait que 20 personnes au concert et le journaliste Lionel Reynier, qui, d’habitude, est très pointu dans ce domaine. Il a vanté Propper et ses mains d’acier. Je suis sûr qu’il s’en mord les doigts lui aussi, aujourd’hui.

Malicette

Note : Je n’ai rien contre Mickaïl Jackson qui a certes du talent, mais j’enrage contre cette glorification de l’éphémère et du spectaculaire, ce mélange des valeurs et des genres, cette perte du sens et de la hiérarchie.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|