« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

Accueil > Archives > Ecoutez-voir

Ecoutez-voir

jeudi 16 avril 2009 (Date de rédaction antérieure : 19 septembre 2020).

- ..LYCÉES : ÇA CLASSE OU ÇA CASSE

Le classement des lycées vient d’être publié. Cette méthode est scandaleuse à plus d’un titre. D’abord parce que l’école en général est inégalitaire. Elle l’est par sa situation géographique et sa situation socio-culturelle. On sait à l’avance qui sortira premier et dernier de ce classement. Il y a les lycées du riche et les lycées du pauvre. Il y a des lycées-guettos. Ceux qui ont une mauvaise réputation. Classer selon les résultats au bac par exemple ne fait que constater ce déséquilibre. C’est scandaleux aussi, parce qu’ en désignant les " bons " et " mauvais " établissements, les parents seront tentés d’obtenir des dérogations pour rejoindre les lycées bien vus et fuir les plus défavorisés. " L’assouplissement de la carte scolaire " a déjà permis de 3 à 10% de ces exodes scolaires. Au lieu d’aider les lycées pauvres, Darcos les enfonce en supprimant des postes et des cours. En classant les lycées, on classe du même coup tout le personnel. Qu’on le veuille ou non, proviseurs et professeurs de lycées mal classés seront dépréciés. La méthode consiste à faire entrer dans les moeurs qu’il faut que les établissements scolaires entrent en compétition. C’est la liberté ! C’est l’Europe ! Escroquerie pure et simple, contraire aux principes de

- ...LA POSTE : SERVICE PRIVÉ (de scrupules)

Sur le fronton, c’est pas écrit " la poste ", mais " point-poste " ou agence postale. Le bureau ne rapporte pas assez ? Alors on le ferme ou on le privatise. Le directeur général de la poste fait du porte à porte pour inciter les maires à choisir cette solution " pratique et avantageuse. " Mode d’emploi : la commune ou bien un artisan achètent ou louent le bureau de poste ancien. Ils s’y installent après un stage léger et peuvent y vendre des timbres et enregistrer un recommandé, le " point poste " peut tout aussi bien se faire chez un boulanger ou une station service. Après Verrières, Lesmont, Dienville, c’est au tour de Buchères. Un artisan remplacera la postière.

Les maires qui veulent garder un peu de vie dans leur commune sont astreints à ces combines attentatoires aux bonnes moeurs du service public. A quand l’école tenue par le garde-champêtre ?

- ...SÉCU : LA CHASSE AU GASPI

En chaque assuré dort un tricheur. C’est ce que nous raconte la nouvelle pub de l’assurance maladie Champagne-Ardenne. Une dame blonde est allongée négligemment sur un transat. C’est une tricheuse ! Lunettes noires, au soleil, sur la plage. Donc à la recherche de bronzage, car elle se fait porter pâle. Mais elle est prévenue : la pub prévient : " L’assurance maladie contrôle les arrêts de travail et sanctionne les abus. " Régime à suivre pour les malades, le régime policier !

Malicette

- ..AU SECOURS LA POLITIQUE

Les élus de droite ne font pas de politique, c’est bien connu. Ils se font élire sans étiquette d’abord, rejoignent ensuite le camp le plus fort, presque toujours de droite et gardent leur vie durant cette nostalgie de l’époque où ils ne faisaient pas de politique. Ils font de la gestion, ils construisent des immeubles, ils donnent des subventions à leurs amis, ils dépensent l’argent public, mais ils ne font pas de politique. D’ailleurs ils se fâchent à l’occasion quand un élu, généralement communiste, leur rappelle que les augmentations d’impôts ne sont que la conséquence de la baisse des subventions de l’état aux collectivités locales. La politique est une sorte de vase communicant. L’eau qui va à Paris ne peut pas arroser la province. Ce fut le cas à Bar-sur-Seine et à Bar-sur-Aube quand Joseph Seghetto et Bernard Grapotte eurent l’audace de dire que les augmentations d’impôts locaux étaient dues au désengagement de l’état et à la baisse régulière des dotations. Il n’y a que la vérité qui fâche.

" On ne fait pas de politique ici " hurlent-ils aussitôt et certains de claquer la porte lorsqu’ils n’ont pas d’auditoire pour se faire écouter. Est-il nécessaire de rappeler que tout élu gère un budget et que ce budget n’est constitué qu’à partir de décisions politiques prises à tous les niveaux de la nation. Ne pas le reconnaître tient de la naïveté ou de l’hypocrisie. J.L.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|