Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeurs

Humeurs

jeudi 12 février 2009 (Date de rédaction antérieure : 29 septembre 2020).

-  LES MOTS ANODINS

Dans le Journal du dimanche du 1er février le Grand portrait est consacré à Bruno Subtil qui se prononce pour un " ordre naturel et chrétien. " Les mots sont anodins pour les gens qui n’ont pas appris l’histoire. Ce qui suit peut les éclairer.

Il y en a qui croient que le racisme est un phénomène nouveau et dirigé contre les seuls Arabes. En 1925, l’Inspecteur d’Académie de l’Aube, M. Rossignol, ( [1]) s’adressait aux instituteurs pour leur donner quelques conseils pédagogiques concernant les enfants étrangers, à l’époque surtout italiens. Il évoque d’abord le sort de départements qui sont "l’objet d’une colonisation systématique risquant de submerger parfois délibérément l’élément indigène". Il s’applique ensuite à donner des conseils pédagogiques aux maîtres pour ces enfants étrangers.. Il propose une vieille méthode employée au XIXe siècle, la mutualisation qui était l’aide des grands élèves aux plus petits, ici des grands élèves français aux élèves étrangers. C’est aussi une façon d’économiser les instituteurs.

Ce souci ne va pas sans un constant rappel à l’idéal national de former des Français et en tout cas, des gens "qui ne soient pas trop hostiles et ne restent pas trop longtemps différents de nous " Le but est aussi "qu’ils soient entraînés à s’exprimer et à parler en français " Quant aux adultes qui sont "pour la plupart extrêmement instables" travaillant comme bûcherons ou charbonniers, il faudra éviter " que se constituent des îlots trop compacts d’étrangers d’une même nationalité qui ne parleraient pas et qui par suite ne penseraient pas comme nous, "d’autant plus que" dans les grosses agglomérations, il y a des groupes inquiétants ".

La bonne conscience de ces autorités ne faisait aucun doute. Le préfet et le Conseil général encourageaient de tels propos. L’esprit colonialiste et nationaliste soufflait à plein. Un quart de siècle plus tard c’était l’holocauste. Les mots anodins pour les gens de 1925 s’étaient soudain gonflés de barbarie.

Jean Lefèvre

Notes

[1Extraits de son discours paru dans les excellents "Cahiers Aubois de l’Education" dirigés par J.L. Humbert.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|