Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeur ..

Humeur ..

vendredi 28 novembre 2008 (Date de rédaction antérieure : 27 septembre 2020).

- CHARLES BALTET ET LA BOURSE

J’ai envie de vous parler de Charles Baltet dont on fête le centenaire de la mort ce 24 novembre à Troyes. ( [1]) Oh ! ça n’était pas un révolutionnaire bien que vivant en même temps que Pédron, Guesde et Jaurès. Il portait d’immenses favoris qu’on appelle des rouflaquettes, pas pratiques pour la construction des barricades.

C’était un arboriste créateur de fleurs et de fruits, et un auteur d’ouvrages sur la pomologie et l’arboriculture. C’est en tant qu’élu municipal et quelque part homme politique que Charles nous intéresse. Il resta conseiller 30 années durant et consomma pas mal de maires à commencer par Désiré Argence, notre Haussmann troyen, constructeur inlassable, qui le fit élire en 1870. Baltet comme tous les gens de sa famille était un radical, ce qui n’est pas transmissible génétiquement. On ne peut plus s’en prévaloir aujourd’hui pour se donner l’air révolutionnaire. Il stimula l’arrivée de l’école laïque, obligatoire et gratuite 15 ans avant Jules Ferry. Il insista pour que les filles aient le même enseignement que les garçons etc.

C’était un vrai républicain. Il poussait les collectivités et les individus à s’enrichir, suivant en cela le précepte de Guizot. Mais, je vous arrête chers lecteurs de la Dépêche. Je n’ai pas envie de vous provoquer. Voici ce que Charles écrivait à ce sujet : "" Efforçons nous de démontrer que le culte de Flore et de Pomone est plus moral que le temple de la Bourse…Si j’insiste autant sur cette question, c’est parce que je la considère mieux qu’un acte de culture ; je la place au-dessus d’un calcul d’argent, j’y vois une question de haute civilisation. " Charles, ennemi de la spéculation, voilà le vrai républicain. Voilà l’homme vertueux qui ne conseillait l’enrichissement que s’il profitait à la république. C’est peut-être une leçon à méditer aujourd’hui.

Jean Lefèvre

Notes

[1Journées Baltet. Consultez le programme.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|