Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Ecoutez-voir

Ecoutez-voir

vendredi 24 octobre 2008 (Date de rédaction antérieure : 30 septembre 2020).

- DES SALLES POUR RÉPÉTER

Il y a une association qui s’appelle " le collectif en création " et qui réclame des lieux de répétition. On ne le sait pas, mais tout spectacle surtout quand il est bon, nécessite des heures de préparation. On ne naît pas artiste parce que maman joue du piano. On le devient parce que maman exige des cours et des leçons. Et papa aussi parfois. On le devient surtout parce qu’on vit dans une communauté qui se bat pour l’art et les artistes. L’art ressemble à un plaisir intime, mais il cache bien son jeu puisqu’il est le résultat d’efforts associés, ceux de l’artiste, des professeurs, des spectateurs et des collectivités. Le collectif en création qui a défilé dans Troyes et déposé une gerbe au pied de l’espace Cité, réclame que la ville aide les artistes en herbe dont certains sont en épi. Ils fréquentent les " musiques actuelles ", expression assez floue pour permettre aux politiques d’avoir l’air de soutenir les arts et d’être progressistes quand ils aident un groupe de rap à se produire dans une fête de quartier. Le problème n’est pas nouveau. Il y eut bien des réclamations avant celle-ci pour que Troyes s’équipe de salles servant directement à faire de la musique mais aussi pour que les troupes aient des lieux de stockage pour leurs matériels. Un état des espaces disponibles et possibles avait été fait, il y a une dizaine d’années. Il serait utile de le refaire aujourd’hui.

Nous savons que l’espace Cité, haut lieu des bals populaires autrefois (le Parisiana, le Balajo), est en réfection. La ville a acheté les logements qui se trouvent à l’arrière pour réaliser un ensemble cohérent dont une salle de 250 places. Cela sera très utile bien qu’insuffisant. Et puis, les requérants trouvent que l’Espace Cité est long à renaître.

J.L

- BIENVENUE DANS LE MONDE DE LA BOURSE ! TOUTE RESSEMBLANCE AVEC UN EVENEMENT ACTUEL SERAIT FORTUITE

Une fois dans un village, un homme apparut et annonça aux villageois qu’il achèterait des singes pour 10 $ chacun. Les villageois, sachant qu’il y avait des singes dans la région, partirent dans la forêt et commencèrent à attraper les singes.

L’homme en acheta des centaines à 10$ pièce et comme la population de singes diminuait, les villageois arrêtèrent leurs efforts.

Alors, l’homme annonça qu’il achetait désormais les singes à 15$.Les villageois recommencèrent à chasser les singes.

Mais bientôt le stock s’épuisa et les habitants du village retournèrent à leurs occupations. L’offre monta à 20$ et la population de singes devint si petite qu’il devint rare de voir un singe, encore moins en attraper un.

L’homme annonça alors qu’il achèterait les singes 50$ chacun. Cependant, comme il devait aller en ville pour affaires, son assistant s’occuperait des achats. L’homme étant parti, son assistant rassembla les villageois et leur dit : " Regardez ces cages avec tous ces singes que l’homme vous a achetés. Je vous les vends 35$ pièce et lorsqu’il reviendra, vous pourrez lui vendre à 50$. " Les villageois réunirent tout l’argent qu’ils avaient, certains vendirent tout ce qu’ils possédaient, et achetèrent tous les singes. La nuit venue, l’assistant disparut. On ne le revit jamais, ni lui ni son patron, que des singes qui couraient dans tous les sens.

PC

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|