Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Nos peines

Nos peines

jeudi 16 octobre 2008 (Date de rédaction antérieure : 28 septembre 2020).

- La RESISTANCE EN DEUIL

Guy JEANSON, le dernier survivant de la famille Jeanson de Baudement ( [1]) est décédé cette semaine à Sézanne. Il était né le 25 octobre 1911 et le frère aîné de 8 garçons et filles tous impliqués de près ou de loin dans la Résistance.

Guy fit son service militaire en 1931 et fut de nouveau mobilisé en 1939 dans l’artillerie où ses connaissances des explosifs lui permirent de devenir un résistant actif. Fait prisonnier à Colmar, il s’évade et revient à Troyes chercher du travail aux Economiques Troyens. Il habite 47 rue de Preize. Il y crée un réseau : sabotages à la Coopérative de St Julien de wagons qui transportaient le blé en Allemagne ; plasticage des 4 bornes Brinklet à Troyes le jour de Noël 43 ; des fours qui cuisaient les obus ; de la locomobile de la Chapelle St Luc ; du Pont du canal à Barberey etc. Toutes ces actions de résistance armée furent reconnues et authentifiées à la libération par François Grillot, commandant FFI Interrégional.

Guy fut nommé commandant de compagnie sous le pseudonyme de " Maurice FEVRE ". Avec sa femme née Thétard il fabriqua de fausses pièces d’identité, hébergea des groupes clandestins et cacha des aviateurs alliés. Cela lui valut des récompenses de la Fondation Carnégie et un diplôme du gouvernement des Etats-Unis pour " l’aide que vous avez si généreusement donnée à des aviateurs alliés tombés en France pendant l’occupation ennemie. " Air Chief Marshal.

Bien entendu le gouvernement français par la voix de Charles Tillon, ministre communiste à la Libération lui écrit : " Guy Jeanson qui a donné aide et assistance aux FTPF pendant la guerre de libération nationale au péril de sa vie et de ses biens, a droit à la reconnaissance de la nation. " Il fut arrêté par la Gestapo le 28 juillet 44 avec ses deux frères Gabriel et Hubert et détenu à la prison Hennequin. Hubert fut fusillé le 22 août à Creney. Les 100 détenus qui restaient à la prison furent libérés in extremis.

La Dépêche présente à Jean Lefèvre, son neveu, et à sa famille ses sincères condoléances.

Notes

[1La ferme des Jeanson à Baudement fut un haut lieu de la Résistance où se réunissaient les groupes FTPF de la Région en liaison avec le maquis de la ferme de Varsovie.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|