« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

Accueil > Archives > Ecoutez-voir

Ecoutez-voir

jeudi 9 octobre 2008 (Date de rédaction antérieure : 25 septembre 2020).

- CRISE SUR CRISE

Dans les années 30, Vaillant-Couturier, Rédacteur en chef de l’Humanité, Créateur de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires et de la revue Commune, écrivait la chanson célèbre : "Y a trop de tout ". Il fustigeait la surproduction qui n’enrichissait qu’une poignée de capitalistes et faisait crever de faim la population mondiale.

Est-on plus intelligent aujourd’hui quand la production de blé, soja, maïs est transformée en agrocarburant au détriment des populations qui voient les matières premières flamber dans les citernes… et dans les prix ? La chanson est une critique féroce du capitalisme à l’époque où la grande crise de 1929 éclatait. Mais elle vaut toujours aujourd’hui puisque la crise financière va jeter les travailleurs au chômage.

En voici quelques vers : " On n’entend plus parler que d’crise Plus y a blé, plus on crève de faim. Plus y a d’richesse et plus y a d’mouise Plus y a d’riches, plus y a d’purotins ! (pauvres) On brûle, on noie, on jette, on casse, Y a trop d’hommes qui n’peuvent plus bouffer, On gaspille comme des dégueulasses, Tout c’qui s’rait si bon à manger. "

On continue en effet à détruire certains stocks, mais le plus subtil, aujourd’hui, c’est de favoriser certaines cultures en chassant celles qui seraient utiles aux populations. C’est ainsi que la culture de la canne à sucre pour les agrocarburants détruit la forêt tropicale et chasse d’autres cultures utiles. On nourrit les voitures et l’on affame les gens. Les capitalistes font toujours leur sucre en tout cas.

- Convergences ?

" Refonder, réguler, moraliser le capitalisme " en jouant de ces mots Sarkozy, face à la crise du capitalisme qui se développe, veut laisser croire qu’il agit. Dans le même temps, il fait coup double en coupant l’herbe sous le pied de certains caciques du PS dont les motions-programmes utilisent les mêmes termes. Que restera t-il au PS si le capitaliste Sarkozy renonce à l’ultralibéralisme qu’il promouvait jusqu’alors ? Rocard qui n’en en fini plus de nous sidérer déclare " voir une grande convergence entre une droite réformiste et intelligente -ce qui est le cas de sarkozy- et une gauche non révolutionnaire " La crise capitalistique que nous traversons à au moins l’intérêt de dévoiler au grand jour la convergence des persperctives sociales-libérales - celles du reformisme de la troisième voie- majoritaire au PS, et des perspectives libérales-sociales, qu’endossent aujourd’hui Sarkozy et que porte aussi Bayrou.

Ségolène

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|