Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeurs

Humeurs

jeudi 17 juillet 2008 (Date de rédaction antérieure : 1er octobre 2020).

- AVIGNON

Les comédiens et les gens de culture de l’ORCCA ont parlé en Avignon des " Résidences " ( [1]) et de la nécessité d’aider les Compagnies théâtrales à vivre, parfois même à survivre. Tout le monde a remarqué, même des élus de droite, que l’Etat ne jouait plus son rôle d’accompagnement et diminuait considérablement les budgets. Mais il fait de fiers discours sur " le rayonnement des œuvres françaises ", encourage le mécénat et met les institutions culturelles en " obligation de résultats ".

Quand les gens de théâtre se rencontrent, ils agitent leurs cerveaux déjà chauds de Brecht, Pinter, Levin, Molière et élaborent des stratégies pour s’approcher au plus près des populations sans spectacle, sans son ni lumière à part celle de leurs télés, lucarnes obscurcies par les soleils présidentiels. Ils tendent leur sébile à la recherche de quelque subvention pour boucler leurs affaires spectaculaires. L’état leur répond, qu’il ne peut plus, qu’il est à sec mais que, par chance, sans moyens, l’imagination n’a qu’à grimper sur un cheval qui galope.

- La société a besoin de l’art qui pose sur la vie un regard singulier. L’artiste veut un demain différent d’ aujourd’hui. Sur scène, bien que dérobant la pensée des auteurs et nous mentant à longueur de mots et de poses, le comédien distille des vérités à tenter, des breuvages hasardeux pour cerveaux encrassés et nous médicamente d’émotions salutaires. Le spectacle vivant a ceci de magique qu’il crée des liens que nous n’avons pas devant la télé ou l’ordinateur où nous sommes seuls et sans humanité.

- Le théâtre c’est la République. On devrait planter le drapeau rouge sur le palais des papes.

Jean Lefèvre

Notes

[1Pour ce débat, lire l’article dans le N°983 à venir de la D.A.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|