Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeurs

Humeurs

vendredi 9 mai 2008 (Date de rédaction antérieure : 30 septembre 2020).

- CLAUDE HUEZ ET CLAUDE JOBERT

Je lis toujours avec plaisir les chroniques de JM Van Houtte et V.Alanièce dans le journal du dimanche. Une édition de qualité vient de sortir truffée de ces histoires passées qui sont notre mémoire.

La dernière relate la mort de Claude Huez , affreusement massacré sur les marches du palais des Comtes de Champagne aujourd’hui détruit. La foule, livrée à la faim et aux ragots est terrible.

Le martyr de Claude Huez souffle encore à la droite troyenne des discours larmoyants à l’adresse de la gauche, forcément égorgeuse de ses élus les plus dévoués. Elle oublie évidemment les causes de ce lynchage horrible d’un maire bouc émissaire. En 1789, la disette était tueuse de pauvres gens. Le peuple accusait les bourgeois de spéculer sur le prix du blé. Il y eut des émeutes de la faim, sanctionnées avec violence. Claude Jobert, un menuisier de Pont-Hubert, et quelques ouvriers descendirent à Troyes avec femmes et enfants pour réclamer du pain. Le menuisier fut condamné à mort et pendu. La bourgeoisie applaudissait en frémissant la prise de la Bastille à Paris, mais faisait appliquer durement l’ordre à Troyes. Cette sauvagerie légale ne fut pas pour rien dans la mort de Claude Huez. Régis Henry et les Comédiens de l’Aube montèrent une pièce pour relater ces évènements, en 1989, 200 ans tout juste après la mort arbitraire de l’artisan de Pont-Sainte-Marie. Ils eurent l’aide de Jeannette Petitjean qui fouilla dans les archives pour retrouver l’histoire.

Quand Jean Lefèvre fut élu Conseiller municipal, son penchant pour la justice lui fit réclamer une sorte de gloire posthume pour ce malheureux menuisier. André Beury, partisan de Huez, accorda pourtant une rue à Claude Jobert près de l’école des Blossières. Il est vrai qu’alors c’était presque une impasse. Plus tard, Jacques Pallencher la transforma en rue. Il fit pencher malgré lui l’histoire en faveur d’un peu plus de justice. Il y a un an, Sarkoléon-le-très-petit était élu et promettait au peuple de gagner un peu plus de blé.

Malicette

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|