Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Ecoutez-voir...

Ecoutez-voir...

jeudi 13 mars 2008 (Date de rédaction antérieure : 30 septembre 2020).

- CHOISIR LES MOINDRES MAUX..

Certains qui n’ont plus que l’anticommunisme pour drapeau, font donner les socialistes d’autrefois (JP Dandrimont et M.Alséda) pour lancer cette arme australienne qu’on appelle boomerang qui nécessite tact et précision si on veut assommer sa cible. L’anticommunisme du premier intervenant est tellement exagéré (des techniciens à Marie-George descendraient de Paris pour encadrer le personnel communal et superviser l’administration !!!) que le journaliste qui tient à faire son métier honnêtement et par moquerie parle de chars soviétiques aux portes de Romilly. Alseda, plus sournois (certains diront "malin") dit "le retour du PC serait, je pense, un retour dans le passé". Plus hypocrite y a pas. Il appelle donc à voter UMP ? Et il se dit socialiste ?

L’électeur n’aime pas qu’on fasse dans l’outrance, même à Romilly qui a connu un Camuset, voleur de 2 CV et autres mensonges grossiers. Le boomerang, faut savoir l’utiliser, sinon c’est un truc qui vous revient dans la gueule vite fait.

- ..JOURNÉE DE LA FEMME..

"Les tabous tombent. Au lit, les femmes seraient des hommes comme les autres, d’après l’" Enquête sur la sexualité en France ", qui explore toutes nos pratiques intimes. Les comportements des hommes et des femmes se rapprochent."

Bien, parfait ! L’enquête semble regretter cependant : "malgré leurs airs libérés, les femmes sont de grandes romantiques : Les jeunes femmes sont toujours éduquées à considérer majoritairement l’entrée dans la sexualité comme une expérience sentimentale-relationnelle." Ça me semblerait à moi une supériorité sur l’animalité, mais bon, passons. La question est de savoir si la libération des mœurs va de pair avec la libération économique. Rien ne semble le démontrer : les inégalités économiques demeurent comme l’a démontré la conférence de presse organisée le 8 mars par le PCF.

La libération des mœurs est une bonne chose, mais sert bien souvent de cache-sexe à la liberté tout court qui passe par l’égalité des salaires, des formations, des responsabilités, des droits tout simples.

Malicette

- ..La Vraie fausse gauche

Marc BRET est maintenant classé dans les "divers gauche". Pour distinguer un "divers gauche" d’un "franchement gauche" il faut étudier l’histoire. Le "divers gauche" fut autrefois un "gauche tout court" qui bénéficia donc des voix socialistes et communistes qui avaient cru voter pour un républicain, sincère, honnête et engagé dans des réformes antilibérales.

Aujourd’hui le "divers gauche" trouve que le libéralisme a du bon. Ce qui lui permet de cumuler un poste d’adjoint au maire libéral de Troyes et un poste de Conseiller général au côté de M. Adnot qui "gère bien" et dont on ne peut soupçonner un quelconque penchant pour des réformes anticapitalistes. Deux postes de ce niveau permettent de vivre et, n’étant affilié à aucun parti, le "divers gauche" n’a pas de cotisation à verser à nulle caisse politique. C’est tout bon.

Quand on analyse le scrutin de dimanche, on voit que le "divers gauche" est élu par une toute petite fraction de la gauche naïve, une grosse part de centristes qui adorent le flou artistique et un gros bataillon de gens de droite qui n’a pas trouvé bon d’opposer de candidat à ce garçon si sympathique, si moderne et si courageux dans ses ralliements.

Le divers gauche ne craint pas non plus de sortir les arguments les plus éculés pour accuser ses adversaires de "manœuvres mensongères et souvent haineuses orchestrées par le Parti communiste avec le soutien des porte-voix des appareils de la gauche auboise." (Ouf !) L’anticommunisme est une monnaie facile qui permet de payer son entrée chez les réactionnaires.

On le voit le "divers gauche" fait partie de la fausse gauche qu’on peut classer dans la vraie droite.

Dédé Alacampagne

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|