« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

Accueil > Archives > Ecoutez-voir

Ecoutez-voir

jeudi 6 décembre 2007 (Date de rédaction antérieure : 24 septembre 2020).

- ...SÉNATEURS

Ils viennent d’interdire le remboursement par médicament de l’IVG dans les 110 centres de planification familiale. Trois amendements ont en effet été déposés qui suppriment cette possibilité Le gouvernement pleurniche sur l’état des finances pour imposer des sacrifices aux Français alors qu’il vient de donner 15 milliards aux plus riches.

En même temps les sénateurs UMP ont voté la suppression des impôts sur les opérations boursières. Ils ont même devancé le gouvernement qui ne l’avait programmé qu’en 2009. L’impôt frappait de 0,3 % les opérations boursières au-dessus de 7668 euros. Vive le CAC 40 : touche pas à mon fric !

Dans le même temps, ils ont supprimé la réduction d’impôt applicable à l’épargne solidaire qui sert à financer la lutte contre l’exclusion. Pendant qu’ils y étaient, ils ont aussi supprimé l’exonération de redevance audiovisuelle pour 700 000 retraités à revenus modestes.

Dans l’Aube, les sénateurs UMP s’appellent Philippe Adnot et Yann Gaillard.

- ....Salaire et SMIC : Sarkozy doit s’expliquer

Lors de son intervention télévisée du 29 novembre, le président de la République a évoqué les salaires en général, le SMIC en particulier en soulignant une réelle anomalie, à savoir que lorsque le socle minimum augmente il n’en va pas de même pour l’ensemble des rémunérations. Le constat est pertinent mais le propos est ambigu. Sarkozy doit impérativement dire le fond de sa pensé (ou arrière pensée). Veut-il dire que lorsque le SMIC augmente cela doit automatiquement se répercuter sur l’ensemble des grilles salariales et surtout des salaires effectifs, principe qu’il pourrait appliquer aux salariés de l’Etat pour donner l’exemple aux patrons ou Sarkozy veut-il dire que si les conditions ne sont pas remplies pour une augmentation générale des salaires, il n’y a pas de raison d’augmenter les smicards qui seraient des “privilégiés.” Dans la seconde hypothèse on retrouverait le souhait, cher au MEDEF, d’un sabordage du SMIC, seul rempart légal contre une chute libre des salaires.

Une “réforme” en ce sens amplifierait brutalement la baisse de pouvoir d’achat de l’ensemble des salariés. Il y a urgence à exiger du président de la République qu’il s’explique clairement. “Accessoirement”, les retraites et les minima sociaux sont réajustés annuellement selon le même principe que le SMIC. Malheur à eux si le plancher salarial s’effondrait.

CO - J.T

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|