Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeurs..

Humeurs..

jeudi 29 novembre 2007 (Date de rédaction antérieure : 26 septembre 2020).

- TRAVAILLER PLUS

A la manière d’un slogan publicitaire, la formule est entrée dans nos têtes. Travailler plus, "pour gagner plus", bien sûr.

Christian a trouvé l’idée réalisable. Il était cuisinier dans un restaurant qui marchait bien. Conscient d’être la raison essentielle du succès de l’entreprise, il a choisi de s’installer à son compte. Il a ajouté à son travail aux fourneaux la gestion de l’entreprise. En gagnant moins ; car il fallait rembourser les prêts bancaires qui lui avaient permis de s’installer. Submergé de travail, il n’a même pas pris le temps de réclamer les aides auxquelles il avait droit. Il y a trois semaines, il a ressenti une violente douleur dans la poitrine. C’était juste avant le service, alors il a serré les dents et il a servi les clients. Une douleur plus forte l’après-midi l’a conduit aux urgences. L’infarctus n’est pas venu à bout du bonhomme. Il reprendra le travail avant les fêtes. Il ne peut pas se priver de cette recette quand les frais continuent à courir.

Comme tant d’autres, Christian n’avait pas compris le message subliminal du slogan. C’était "Travailler plus, POUR MOURIR PLUS VITE". Un pas vers la solution (finale ?) du problème des retraites. Il faut quand même bien maitriser cette catastrophe financière qu’est l’allongement de la durée de vie.

Au même moment, un économiste du FMI annonçait que les neuf Américains les plus riches ont gagné l’an dernier 540 000 dollars de l’heure. À l’évidence, ils travaillent tant qu’ils ne peuvent pas profiter de la vie. Le journaliste qui rapportait cette information semblait indigné par l’énormité de la somme. C’est n’avoir aucune considération pour la charge de travail que cela représente, ni aucune pitié pour les risques que ces personnes font courir à leur santé.

On s’étonne qu’aucun Ravachol ( [1]) n’entreprenne d’abréger leurs souffrances.

Guy Cure

Notes

[1Révolté par les injustices de la société, Ravachol eut recours aux attentats pour mettre son anarchisme en pratique. Il fut guillotiné en 1892. Sa popularité fut immense.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|