Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeurs

Humeurs

jeudi 9 août 2007 (Date de rédaction antérieure : 28 septembre 2020).

- De L’EAU et du CLAUDEL

L’eau, l’électricité, le téléphone chez tous les habitants d’un pays, ça coûte. On a percé des montagnes, creusé des canaux, planté des poteaux, passé des câbles et les citoyens ont payé la note, plus ou moins équitablement, il est vrai, mais payé. Il reste à entretenir et améliorer, cela s’appelle les frais de fonctionnement. Dans un pays riche comme le nôtre, au vu des autres dépenses énormes faites, (armée, sécurité, éducation entre autres) il ne serait pas exagéré de penser que l’eau, l’électricité et le téléphone pourraient chez vous arriver tranquillement et gratuitement, comme l’odeur des roses tant qu’elles fleurissent.

Mais je m’égare. À Romilly, la société Ruas qui gère l’eau de la ville, refuse d’éponger les dettes de 450 familles qui ont eu le tort de se trouver dans la tourmente des licenciements et des fermetures d’usine. Ce n’est pas l’eau distribuée qui leur coûte mais le tuyau de fric qui prend un peu l’eau. Si elles voulaient, Ruas, la Ville, l’Etat, pourraient continuer à faire couler l’eau sans que ça leur coûte une goutte ni un centime. Certes, on ne peut pas aller chez le boucher et exiger de la viande gratuite, mais de l’eau, de l’électricité et du téléphone, si !

À Nogent, le maire veut s’acheter une sculpture de Camille Claudel de près d’un million d’euros. Il bat la campagne et les porte-monnaie, ameute ses fidèles et les mécènes, excite les riches à la dépense grâce aux largesses de l’état qui prévoit dans sa bonté esthétique des réductions d’impôts à 90 % pour les sponsors. Quand on compte bien, l’Etat peut donc faire cadeau de 900 000 euros aux riches alors que les pauvres gens qui devraient ne rien devoir sont taxés pour 200 000 euros. Moi je dis, de l’eau, de l’électricité, du téléphone gratuits pour tout le monde et les statues de Camille toutes nues sur les places.

Malicette

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|