Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > Humeurs..

Humeurs..

jeudi 5 juillet 2007 (Date de rédaction antérieure : 30 septembre 2020).

- LA BATAILLE DU RAIL [1]

Grand branle-bas de combat à la gare ce samedi après-midi. La Région Champagne-Ardenne présente le Bombardier, un train unique au monde, "un train par les élus étreint" ( [2]). Ils le nomment déjà "Bibi", vous dire s’ils l’aiment. Il est beau, confortable et durable comme le développement du même nom. Il roule encore au fioul et déjà à l’électricité. Son avenir est donc électrique. On peut le mettre à toutes les sauces et sur tous les circuits. Il se fait en 30 versions, la nôtre est une première mondiale et peut rouler de Marseille à Berlin. C’est un caméléon, Bibi.

Mais un train électrique sans voie électrique, ça interpelle ! Sournoise, la droite qui a freiné l’électrification dit : "Euh, s’il roule au fioul, c’est qu’ils font une croix sur l’électrique." MM Bachy et Mathieu, les cheminots politiques, répondent : "S’il est électrique c’est pour que le gouvernement et la SNCF se décident enfin à se mettre au courant !" Ils ont raison. D’abord ça polluerait moins. Et puis, dites- moi, pourquoi avoir construit à Nogent ces immenses châteaux atomiques de 2600 mégawatts si ça n’est pas pour faire rouler des trains électriques.

Les trains roulent à gauche. La Région a décidé de faire de même. Même la droite n’a rien pu faire. Elle ne fait jamais rien la droite quand on y réfléchit.

À la fin des discours et des salves d’applaudissement destinés au Bombardier et sous le bombardement des flashs, Pierre Mathieu a invité les spectateurs et les élus à boire un verre. Dirigez-vous sur la gauche du quai a-t-il demandé, c’est là que ça se passe.

Toute la foule enthousiaste s’est dirigée à gauche, car c’est vraiment à gauche qu’il faut se diriger maintenant pour le changement. Au train où l’on va, c’est la seule solution.

Malicette

Notes

[1Célèbre film de René Clément en 1946, dont le titre a illustré le propos de Jean Pierre Bachy, président de Région.

[2Max Jacob disait : "Ah ! les trains, les trains, par les tunnels étreints ! "

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|