“ Ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaînes. “ Rosa Luxembourg .

Accueil > Archives > Champagne Ardenne > Toute la région > Aménagement du territoire- Décentralisation > Schéma Régional des transports Les enjeux pour l’Aube

Schéma Régional des transports Les enjeux pour l’Aube

jeudi 28 février 2008 , 1293 : visites , par LDA

Suite à la présentation du Schéma Régional des Infrastructures et des Transports de Champagne-Ardenne le lundi 11 février 2008, la Dépêche de l’Aube a posé à Pierre Mathieu, Vice-président du Conseil régional chargé des Infrastructures et des Transports.

La Dépêche de l’Aube : Au cours de la table ronde, vous avez fait état d’une réunion à Strasbourg sur le financement de la 2ème phase du TGV Est qui a abouti à une position commune des personnes présentes pour soutenir la position de la Région sur le dossier de l’électrification de Paris/Troyes, pouvez-vous nous en dire un peu plus là-dessus ?

Pierre Mathieu : Il s’agit de l’Association du TGV/EST Européen qui regroupe les collectivités, régions, départements, villes et agglomérations concernées par la LGV/EST et présidée par Fabienne Kellern maire de Strasbourg. J’ai exposé devant celle-ci la décision du Conseil régional de Champagne Ardenne de retirer tout financement à la deuxième phase du TGV/EST tant que les engagements pris par l’Etat de créer concrètement les conditions de la réalisation effective de l’électrification de Paris Troyes ne seraient pas tenus.

Nous attendons une participation financière significative de Réseau Ferré de France (RFF) aux travaux. A cette heure sa participation est toujours de zéro euro ce qui est proprement scandaleux ! Je rappelle que les contribuables champardennais, dont ceux de l’Aube, apportent une contribution financière importante au financement de la LGV/EST alors qu’ils ne bénéficient aucunement des avantages de la grande vitesse. J’ajoute qu’il s’agit de travaux d’infrastructures sur une ligne dont le propriétaire est RFF. Dans cette affaire le ministère des transports et le gouvernement ont une responsabilité première. Il s’agit avant tout d’aménagement du territoire et du rattrapage d’un retard historique pour moderniser et électrifier la ligne jusqu’à Troyes et demain jusqu’à Culmont/Chalindrey pour désenclaver le Sud de la Champagne Ardenne. Il s’agit de ne pas nous priver définitivement d’un meilleur accès au réseau classique et à grande vitesse. Le "Grenelle de l’Environnement" affiche une priorité au ferroviaire et au fluvial.

Pour l’instant je constate que l’Etat finance à 55% l’Autoroute A34 dans le Nord de la région (320 millions d’euros) et que nous n’en sommes toujours qu’à 33% pour l’électrification de Paris Troyes ! Suite à mon intervention et pour la première fois l’Association du TGV Est Européen a clairement pris position, je cite "Elle s’associe à la demande de la Région Champagne-Ardenne relative à l’engagement de l’électrification du tronçon Gretz - Troyes de la ligne Paris-Mulhouse, opération connexe à la desserte de la Champagne-Ardenne par le TGV." et a décidé d’intervenir auprès du secrétaire d’Etat aux transports Dominique Bussereau.

LDA : Parmi les éléments partagés dans le diagnostic du Schéma Régional des Infrastructures et des Transports, on trouve la faiblesse des relations Nord - Sud, quelles sont les pistes de travail qui sont à l’étude pour essayer d’y remédier ?

Pierre Mathieu : Mieux raccorder tous les territoires de la Champagne Ardenne aux grands réseaux d’infrastructures (ferroviaires, fluviaux, routiers et aéroportuaires) et permettre une meilleure liaison entre les principales villes de la Région avec la priorité au développement durable ; telles sont les priorités. Des études sont décidées dans le cadre du Contrat de Projet Etat/Région 2007/2013 pour examiner les conditions de la reconquête d’un axe ferroviaire Nord/Sud incluant notamment la problématique de Vatry.

S’il venait à se concrétiser notre région pourrait tirer profit du projet CAREX (liaison Fret ferroviaire à grande vitesse entre Lille/Roissy/Champagne-ArdenneTGV/Vatry/Lyon En terme de fret ferroviaire le grand contournement de l’Ile de France traverse notre territoire. Tout cela nécessite des investissements colossaux qui sont d’abord de la responsabilité des gestionnaires des réseaux nationaux. Mais nous sommes décidés à nous battre, avec l’ensemble des acteurs sur tous les sujets pour que notre territoire ne soit pas oublié. Nous avons demandé à être officiellement associés aux réflexions en cours qui doivent déboucher sur les documents de programmation.

Les méthodes pour améliorer les relations Nord Sud sont multiples et différentes, aucune ne doit être éludée. Dans le domaine autoroutier le Schéma Régional propose non de développer de nouvelles capacités autoroutières mais de terminer les maillons manquants du réseau national et européen (A34 et Troyes Auxerre/Bourges).

Pour l’Aube et la Haute Marne il m’apparait essentiel d’améliorer sans attendre notre accessibilité à Dijon et à son offre importante de desserte. J’y travaille avec l’atout que représentent désormais les AGC Bibi achetés par la Région. Des trains capables de relier Troyes et Dijon de manière performante et sans changement.

LDA : Au cours de la dernière période, on a pu constater une démobilisation de plusieurs élus locaux concernant l’électrification soit par des tentatives solitaires, soit par des soutiens à d’autres projets. Quel regard portez-vous là-dessus ?

Pierre Mathieu : Regagner une infrastructure ferroviaire digne du 21ème siècle et des dessertes d’une qualité irréprochable est si important pour l’avenir de nos territoires que cela exige de la ténacité, une grande détermination et la capacité à faire des propositions.

Tous les responsables politiques et économiques doivent tirer dans le même sens et apporter leurs contributions à un projet de territoires qui doit dépasser les approches politiciennes. Pour ma part c’est dans cet esprit que je travaille et que je continuerai de le faire. Dans quelques mois des décisions nationales importantes doivent se prendre : loi de programmation des infrastructures, Comité Interministériel Aménagement et de Compétitivité des Territoires, suites du "Grenelle de l’environnement", tous les efforts doivent tendre à concrétiser l’inscription des projets stratégiques de l’Aube, du Sud de la Champagne-Ardenne et de la Région dans les documents en préparation.

Soit tous les acteurs, dont certains revendiquent une influence nationale déterminante, ont l’intelligence d’unir concrètement leurs efforts et leurs moyens et nous concrétiserons nos projets, soit une nouvelle fois les investissements risquent d’aller ailleurs.

Pour terminer j’insisterai sur l’importance de prendre en compte les différentes échéances, intéressons nous aux projets à horizon 2020/2030 (doublement de la LGV Sud Est) mais surtout n’oublions pas de concrétiser les travaux qui amélioreront l’accessibilité de l’Aube dès les prochaines années. J’y insiste à court, à moyen et à long terme l’électrification de Paris/Troyes/ puis de Troyes/Culmont est stratégique tant pour nos territoires que pour notre position sur le réseau national ferroviaire.

Ne pas disposer d’une ligne électrifiée c’est à coup sûr se priver des possibilités essentielles du développement ferroviaire qui ne fait que commencer.

Ce n’est pas au moment où la SNCF, RFF et l’Etat sont progressivement amenés à le reconnaître qu’il faut douter de notre capacité à nous faire entendre

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N962

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|