Honte à celui à qui sa limite suffit. Heureux celui qui se jette au bout de lui-même » Louis Aragon

L'Humeur
  • VILAINE HABITUDE
  • 19 février 2021,
    par Gisèle Malaval
  • Mathilde Panot (LFI), vient d’obtenir justice à l’Assemblée Nationale : le député Henriet (LREM) qui l’avait traitée de poissonnière le 26 janvier, en pleine séance, s’est vu infliger par le président Ferrand une amende de 1405€ (le quart de son indemnité (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • LIBERTE DE LA PRESSE
  • 18 février 2021
  • Le Journal de Saint Denis ne paraîtra plus. Créé en 1986, sous l’égide du maire communiste Marcelin BERTHELOT, il a reçu le coup de grâce au cours du (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2021 > FEVRIER 2021 > N° 1639 > LA GENESE DE LA DEPECHE (1)

LA GENESE DE LA DEPECHE (1)

BOUTS D’HISTOIRE

jeudi 18 février 2021 , 126 : visites

Le nouveau quotidien La Dépêche de l’Aube qui paraît pour la première fois le 7 décembre 1920 ne naît pas de rien. Des hebdomadaires l’ont précédé.

Le dernier en date édité par la puissante fédération socialiste de l’Aube se nomme LE TRAVAILLEUR I qui a succédé à « La Défense des Travailleurs de l’Aube II  ». Ce sont des journaux de parti qui s’opposent aux journaux locaux Le Petit Troyen, quotidien du Parti Radical et Radical Socialiste de l’Aube, La Tribune et l’Avenir de l’Aube.

Depuis la fin de la guerre, la fédération de la SFIO connaît, concomitamment au développement des luttes, une dynamique importante qui se traduit par une forte progression du nombre de ses adhérents et de bons résultats électoraux III. Aussi les ambitions des rédacteurs du Travailleur, et du Parti Socialiste dans son ensemble, ne se limitent pas à assurer l’existence de l’hebdomadaire.

Dès décembre 1919, ils affirment leur volonté de donner à la classe ouvrière auboise un organe quotidien. Le congrès fédéral du 23 mai 1920, dont le principal point à l’ordre du jour est le Travailleur adopte deux décisions : organiser une vaste tournée de propagande en faveur du journal dans le département et constituer une société anonyme d’imprimerie. Les mois suivants sont employés à réaliser ces décisions et le 6 novembre F. Moire, secrétaire fédéral du Parti Socialiste annonce la constitution de la société (l’Émancipatrice) et incite les lecteurs du Travailleurs à souscrire les actions. Dans un article intitulé : «  Camarades, Aidez l’imprimerie, Aidez le quotidien, De suite. » il indique : « Un gros effort doit-être fait actuellement pour que nous possédions dans l’Aube une imprimerie à nous, à la classe ouvrière et socialiste.

Le premier élan, d’il y a quelques mois, fut magnifique. Les inscriptions de promesses de souscription d’actions furent nombreuses et dépassèrent même nos espérances. Aujourd’hui (…) nous sommes arrivés à la période d’action et non de promesse. Il nous faut réaliser notre capital de 200 000 F et vous devez vous rendre compte quelle serait l’importance de la transformation de notre journal hebdomadaire le Travailleur en journal quotidien pour la diffusion de nos idées. (…) Notre imprimerie doit fonctionner de suite, non pas en petit, non pas en miniature, mais en grand comme le demande notre intérêt commun et ne doit pas, dès le début, être gênée par ce gros client que sera notre quotidien.

La raison de notre appel doit être comprise par vous et vous saurez faire l’effort nécessaire, mais immédiat, pour que la souscription de 200 000 F soit couverte dans le moins de temps possible… »

Comme le note Michel Bedin IV « L’importance de l’effort mené par la Fédération Socialiste doit être compris à deux niveaux La tâche fixée est énorme il s’agit de se procurer le moyen de production nécessaire à la publication du quotidien que veut se donner le Parti Socialiste elle peut même sembler utopique en cette fin d’année 1920 où la vague revendicative commence à décliner.

— Également, il importe de bien voir le contexte politique dans lequel cet effort est mené, à moins de deux mois du Congrès de Tours. Ceci prouve avec force que les socialistes aubois n’envisagent pas réellement la possibilité d’une scission en Décembre, tout du moins dans le département. Nous retrouvons ici le souci de préserver à tout prix l’unité organique de la vieille Fédération guesdiste. »

Nous verrons dans un prochain article que d’autres éléments et d’autres acteurs ont contribué à la naissance de la Dépêche de l’Aube.

( I ) 1er novembre 1919 au 4 décembre 1920

(II)1er mars au 25 octobre 1919

(III)Les effectifs passent de 1553 membres en 1919 à 2503 en1920. En 1920, le Parti socialiste compte dans l’Aube un député (Philbois),

2 Maires (Clévyà Troyes et Thiriot à Romilly), deux conseillers généraux (Croisé et Lemasson), 6 Conseillers d’arrondissement et plus de 90 conseillers municipaux.

(IV) La presse ouvrière auboise 1919-1922 « La Dépêche de l’Aube ». Mémoire de Maîtrise 1975 Université de Dijon.

Pierre MATHIEU

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|