Honte à celui à qui sa limite suffit. Heureux celui qui se jette au bout de lui-même » Louis Aragon

L'Humeur
  • ÉTOILES
  • 8 janvier 2021,
    par Gisèle Malaval
  • Succession d’étoiles en ce passage d’une année à l’autre : celle de Noël, annonçant aux rois mages la naissance d’un Sauveur, la pluie virtuelle d’étoiles filantes du 31 décembre à minuit qui a déclenché une pluie de voeux sur le monde, mais combien se (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2021 > JANVIER 2021 > N° 1633 > LA DÉPÊCHE ET LE CONGRÈS DE TOURS (2)

LA DÉPÊCHE ET LE CONGRÈS DE TOURS (2)

BOUTS D’HISTOIRE

vendredi 8 janvier 2021 , 318 : visites

Les lecteurs peuvent suivre dans leur tout nouveau quotidien « La Dépêche de l’Aube » le déroulement du Congrès national de la SFIO qui se tient à Tours du 25 au 30 décembre 1920.

Il se conclut par un choix majoritaire : l’adhésion à la 3ème internationale et son corollaire celui de construire le parti communiste (SFIC I ). Les articles, non signés, des éditions qui paraissent entre le 26 et le 31 décembre rendent compte d’une manière relativement détaillée des débats et des votes. Au début du congrès la parole est donnée aux représentants des fédérations ; La Dépêche en fait écho mais ne mentionne pas l’intervention de Célestin Philbois, l’un des 3 délégués de l’Aube. Celui-ci rappelle d’abord que sa Fédération « dans sa majorité, a voté pour la III ° Internationale par 46 mandats ».

La motion Longuet-Paul Faure a recueilli pour sa part 22 mandats. A propos du débat qui a lieu au sujet de « l’exigence » de l’Internationale Communiste de se séparer des éléments réformistes du parti il indique : «  …Nous considérons, nous majorité, quand dans nos fédérations comme celle de l’Aube, où sont constitués de nombreux groupes de paysans venus avec des mandats fermes pour la III° internationale, il y a de vieux militants qui ont voté la motion Longuet, des camarades avec qui nous luttions depuis trente ans, que nous connaissons et que nous estimons, et nous avons pensé qu’avant de renvoyer un seul de ceux-là, il faudrait demander la permission de la Fédération de l’Aube II ».

Avec 3208 voix le vote final du congrès accorde à la motion Cachin-Frossard une très large majorité ; la motion Longuet-Faure recueille 1022 voix, celles de Heine et Pressemane ne rassemblent que 43 et 60 voix, les abstentions représentent 397 voix. Les minoritaires décident de quitter le congrès et se réunissent sous la présidence de Léon Blum pour continuer le parti socialiste (Section Française de l’Internationale Ouvrière). La Dépêche informe sur la poursuite du congrès communiste (30 décembre) et sur les décisions adoptées. Elle «  …indique 5 députés sont présents dont Ernest Lafont  » mais sans mentionner que Célestin Philbois, député de l’Aube, est de ceux-là aux côtés de Marcel Cachin et de Paul Vaillant Couturier par exemple. C’est dans L’Humanité III et non dans la Dépêche que l’on apprend que la dernière séance du congrès est placée sous la présidence de Pierpont (Nord) assisté d’Alexandre Blanc (député du Vaucluse) et de Philbois qui va d’ailleurs être élu par le congrès comme membre titulaire du comité d’administration de L’Humanité.

Le premier janvier 1921, dans son éditorial René Plard écrit… « L’année 1920 s’achève pour le prolétariat par la brisure de Tours. Des militants chevronnés ont pleuré là-bas sur l’unité perdue. Tous ceux qui ont, peu ou prou, vécu la vie de notre Parti, savent l’intérêt que nous attachions à l’union des forces ouvrières… L’impatience fébrile des uns et la circonspection des autres se heurtent sous forme de tendances qui n’ont souvent rien de contradictoire quant au fond  ».

Une appréciation qui semble bien minimiser les deux conceptions qui se sont opposées à Tours même si prudemment l’éditorialiste poursuit  Nous ne possédons pas encore toutes les données du problème pour nous permettre de porter hâtivement un jugement rétrospectif sur les décisions et les hommes…

 Un congrès extraordinaire doit avoir lieu fin janvier 1921 pour fixer l’attitude définitive de la fédération. A suivre...

(I) Section Française de l’Internationale Communiste

(II) Compte rendu officiel du congrès de Tours (p.26) BNF

(III) N° 6126 du 31/12/1920.

Pierre MATHIEU

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|