« Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie, je suis né pour te connaître pour te nommer, Liberté. » Paul Eluard

L'Humeur
  • AU SECOURS PASTEUR
  • 4 décembre 2020,
    par Malicette
  • Au secours, ils sont devenus fous. Je reçois de plus en plus de messages antivaccin. Le monde surinformé devient aussi surintoxiqué. Depuis tout petit je sais que je dois être courageux et présenter mon bras à la maitresse ou au monsieur à la blouse (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • LA 7EME COMPAGNIE À L’ÉLYSÉE
  • 4 décembre 2020
  • Lors des vêpres macroniennes du 12 novembre, je ne sais quel diable m’a piqué : je revoyais la 7ème Compagnie. Castex en Chef Chaudard, Véran et (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > DECEMBRE 2020 > N° 1628 > LES OUBLIÉS DU SÉGUR DE LA SANTÉ

LES OUBLIÉS DU SÉGUR DE LA SANTÉ

Brienne le Château - Hôpital

vendredi 4 décembre 2020 , 234 : visites

- En juillet, le ministre de la santé a mis en avant avec les organisations syndicales signataires, l’attribution d’un complément de traitement indiciaire (CTI) de 183 euros aux hospitaliers.

Précisons que le ministre a oublié de dire que tout le monde n’y aurait pas droit. Il a oublié de dire que des agents travaillant dans le même établissement, parfois dans le même service, ne toucheraient pas tous et toutes ces 183 euros. Le décret du 19 /09/2020 annonce la liste des services des établissements exclus de ce dispositif (MAS, SSIAD, CAMPS). Qui voudra aller travailler dans ces services déjà bien souvent victimes de la pénurie de personnels qualifiés.

Il ne s’agit pas d’un simple oubli, mais d’une remise en cause supplémentaire du statut de la fonction publique hospitalière.

En attribuant une somme forfaitaire, le gouvernement espère se dispenser de ses obligations qui sont pourtant garantes de l’unicité du statut de la FPH. Il fait un pas de plus vers la destruction de la FPH, vers la privatisation de nos hôpitaux.

Ce statut a pourtant pour objectif de protéger les agents et les patients. De même, l’attribution d’un CTI n’est pas une vraie augmentation de salaire, c’est une méthode qui permet d’exclure certains et d’opposer les agents, les services entre eux. » A Brienne, les agents de la MAS ont mis en place une pétition signée par une grande majorité du personnel, adressée aux élus, afin de faire remonter leur mécontentement jusqu’au ministère.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|