« Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie, je suis né pour te connaître pour te nommer, Liberté. » Paul Eluard

L'Humeur
  • ET PENDANT CE TEMPS-LA...
  • 27 novembre 2020,
    par Gisèle Malaval
  • Nous allons être protégés, soignés, testés, vaccinés, c’est ce qu’E. Macron nous a dit, le regard fixe et les poings serrés. Et de nous exhorter à nous tenir « autour de nos valeurs... dans cet attachement à notre démocratie, à notre humanisme... » (vu les (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > NOVEMBRE 2020 > N° 1627 > VERS UNE CANDIDATURE COMMUNISTE EN 2022 ?

VERS UNE CANDIDATURE COMMUNISTE EN 2022 ?

Présidentielle

vendredi 27 novembre 2020 , 160 : visites , par LDA

Face aux crises qui frappent le pays, le PCF entend se donner les moyens de concourir à la présidentielle, explique Fabien Roussel dans un entretien paru dans l’Humanité. Nous en publions quelques extraits :

Cette crise appelle des réponses fortes construites avec le monde du travail.

Le Conseil national a, le 7 novembre dernier, lancé les travaux du 39e congrès du PCF. Alors qu’il célèbre ses 100 ans, à quels défis devra-t-il répondre lors de ce rendez-vous ?

Fabien Roussel : Avec cette pandémie, nous traversons une crise de civilisation. Le retour à la normale annoncé en 2022 par Bruno Le Maire est un mensonge. Le virus accélère et décuple une crise profonde, économique, sociale, démocratique.Le congrès du Parti communiste devra en prendre la mesure et construire des réponses à la hauteur, en actualisant son projet et ses propositions, à l’aune de ces crises. Besoin d’investir dans les services publics, la transition écologique, la réindustrialisation, éradiquer le chômage et la pauvreté… cela passe inévitablement par une rupture avec le système économique actuel. C’est à ce niveau que notre 39e congrès doit placer son ambition.

La question des échéances de 2022, présidentielle et législatives, sera aussi à l’ordre du jour. Comment l’abordez-vous ? Le PCF aura-t-il une candidature ?

Fabien Roussel : La victoire aux États-Unis de nombreux candidats du courant socialiste de Bernie Sanders, le Chili, la Bolivie… Ce sont des lueurs d’espoir dans un monde pourtant au bord du gouffre. Dans cette crise, nous voulons nous aussi porter un espoir pour le monde du travail et de la création avec un projet communiste pour la France. Nombreux sont ceux qui voudraient que le pouvoir change juste de mains en 2022.Nous, nous voulons que les travailleurs du pays reprennent la main sur leur avenir. La question de porter fortement cette ambition à la présidentielle et aux législatives est pleinement posée. Il faut donc s’y préparer, consulter, interroger nos élus pour recueillir les 500 signatures. C’est ce à quoi nous devons dès maintenant nous atteler pour pouvoir faire un choix.

Comment accueillez-vous la candidature de Jean-Luc Mélenchon ?

Fabien Roussel  : Elle n’est pas une surprise. Et ce ne sera pas une surprise non plus si nous décidons collectivement de présenter un candidat communiste. Nos concitoyens doivent avoir le choix.

Est-ce que les travailleurs – les hommes et souvent les femmes en première ligne dans cette crise sanitaire méprisés par l’exécutif, les actionnaires et le Medef – seront représentés lors de ces élections ? Cette crise appelle des réponses fortes mais surtout construites avec le monde du travail.

C’est notre objectif. Nous voulons proposer un changement de société en rupture avec les logiques financières de ces dernières années, pour mettre l’être humain et la planète au coeur de tous les choix.

À la présidentielle, la dispersion des candidatures ne fait-elle pas courir le risque d’une élimination de la gauche ?

Fabien Roussel  : La dispersion des candidatures ne doit pas cacher et ne peut résumer le problème majeur : l’abstention de millions de nos concitoyens ou le dévoiement de leurs exigences dans des votes qui ne débouchent sur aucune avancée réelle pour y répondre. La question clé est celle d’unir les travailleurs dans un projet de société en rupture avec ce système économique, qui doit donc être une alternative à l’exploitation capitaliste et aux dominations.

À l’heure de la crise de civilisation, plus que jamais le Parti communiste a un rôle à jouer pour ce rassemblement.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|