« Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie, je suis né pour te connaître pour te nommer, Liberté. » Paul Eluard

L'Humeur
  • ET PENDANT CE TEMPS-LA...
  • 27 novembre 2020,
    par Gisèle Malaval
  • Nous allons être protégés, soignés, testés, vaccinés, c’est ce qu’E. Macron nous a dit, le regard fixe et les poings serrés. Et de nous exhorter à nous tenir « autour de nos valeurs... dans cet attachement à notre démocratie, à notre humanisme... » (vu les (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > NOVEMBRE 2020 > N° 1627 > ET PENDANT CE TEMPS-LA...

ET PENDANT CE TEMPS-LA...

vendredi 27 novembre 2020 , 52 : visites , par Gisèle Malaval

Nous allons être protégés, soignés, testés, vaccinés, c’est ce qu’E. Macron nous a dit, le regard fixe et les poings serrés. Et de nous exhorter à nous tenir « autour de nos valeurs... dans cet attachement à notre démocratie, à notre humanisme... » (vu les images de la place de la République lundi soir, nous n’avons pas les mêmes valeurs !). Mais pendant ce temps-là, loin de l’attention générale, les entreprises du CAC40, font le plein d’argent public et, pour un tiers d’entre elles, licencient sans état d’âme.

L’argent public passe ainsi directement dans la poche des actionnaires car les aides publiques dans ce cas ne sont pas conditionnées (par humanisme, sans doute). L’argent du chômage, si. Et 16% de moins sur un petit salaire c’est beaucoup quand on est au chômage partiel.

Pendant ce temps-là aussi, le Comité interministériel de performance et de modernisation de l’offre de soins décide de supprimer d’ici 2027, pour le Grand Est, 184 lits au CHU de Reims, selon le maire, 210 selon la CGT ; et ce seront 174 lits et des centaines de postes en moins au CHU de Nancy. On parle bien de l’offre de soins, pas de la demande : la raréfaction de l’offre en hôpital public contraindra les malades à se faire soigner dans le privé, car pour les néolibéraux l’idée est toujours la même : l’argent public doit revenir au Capital, il leur faut donc profiter de l’impuissance liée au confinement pour démanteler par pans entiers le service public. Mais le confinement aura une fin...

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|