« Le besoin de punir la populace locale est visiblement plus important que celui de la soigner, la nourrir et l’habiller. » Iain Levison, écrivain américain

L'Humeur
  • DEUX CAS D’ÉCOLE
  • 30 octobre 2020,
    par Gisèle Malaval
  • Prenons le cas de Jean Castex : « Le meilleur moyen de soulager l’hôpital, c’est de ne pas tomber malade », dit-il à Marseille le 24/10, car les Français-es sont bêtes : ils ne comprennent pas qu’il ne faut pas sortir, sauf pour aller au travail. Quand (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • L’ÉCLAIRAGE DES ESPRITS
  • 30 octobre 2020
  • Il n’y a pas de mots pour décrire l’assassinat de Samuel Paty. « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde » disait Albert Camus. On (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > OCTOBRE 2020 > N°1623 > L’ÉCLAIRAGE DES ESPRITS

L’ÉCLAIRAGE DES ESPRITS

CE QUI NOUS CHATOUILLE ET QUI NOUS GRATTOUILLE

vendredi 30 octobre 2020 , 27 : visites

Il n’y a pas de mots pour décrire l’assassinat de Samuel Paty. « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde  » disait Albert Camus. On cherche : horreur, abjection, abomination, effroi, atrocité, monstruosité… On pense à ses proches, aux élèves et à toute la communauté éducative, à toute la République, à nouveau touchée en plein coeur.

Aucune excuse à cet acte odieux. Mais il nous plonge dans la peur, la peur des haines que cela va attiser dans notre société. Il nous faudra surtout veiller à éviter l’amalgame, le déchaînement des passions. Il nous faut échanger, écouter, parler, apporter la lumière dans ces temps assombris. On ne peut s’empêcher de penser à ces mots de Gramsci : «  Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ».

Peur de voir les enseignants refuser ou hésiter à aborder en classe « certains  » sujets. Ce serait nier le droit d’exercer pleinement leur métier d’éducateur, de passeur de savoir, d’éveilleur de conscience, tout simplement, faire oeuvre humaine.

La République partout, pour tous, contre toutes les injustices, les inégalités. Contre tous les fanatismes, pour des esprits libres et éclairés quels que soient nos origines sociales, ethniques, religieuses ou philosophiques.

Aucune excuse à cet acte odieux. L’école est précisément l’une des armes fondamentales pour élever les humains, ouvrir leur esprit, accéder au beau et au grand. Deux propos du grand Victor Hugo au XIXème siècle : «  Il faudrait faire pénétrer de toutes parts la lumière dans l’esprit du peuple, car c’est par les ténèbres qu’on le perd  ». Et celui-ci pour terminer : « L’ignorance est un crépuscule, le mal y rôde. Songez à l’éclairage des rues, soit, mais songez aussi, songez surtout à l’éclairage des esprits.  »

Hélène Dewaere

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|