« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

L'Humeur
  • IDÉES MANAGEUSES
  • 4 septembre 2020,
    par Malicette
  • Vous avez entendu ici ou là toutes ces idées que nous combattons bien entendu : « Il y a trop d’État, on n’est pas libre de produire. D’ailleurs l’État c’est un état communiste ( ! ) il ne fait que distribuer. Il assure la survie de ce qui n’est pas (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • DICHOTOMIES
  • 4 septembre 2020
  • J’évoquais il y a peu l’effet ténu comme une fragrance de l’écriture inclusive pour les femmes en butte à la ténacité des inégalités. Ainsi en va-t-il (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > SEPTEMBRE 2020 > N° 1615 > FABIEN ROUSSEL APPELLE À L’UNITÉ DANS L’ACTION

FABIEN ROUSSEL APPELLE À L’UNITÉ DANS L’ACTION

Rentrée politique

vendredi 4 septembre 2020 , 0 : visites , par LDA

Pour sa « journée d’été  » à Malo Les Bains, ce samedi 29 aoùt à laquelle participaient deux camarades de notre Fédération, le PCF n’a pas affiché les mêmes priorités que les autres forces de gauche.

Et si tous ceux -là pensent que le Parti communiste français ne présentera pas de candidat, je dis à tout le monde : “Vous vous trompez.”

« Les élections, c’est dans 7 mois, pour les régionales et départementales 20 mois pour la présidentielle et les législatives. Mais les licenciements, c’est aujourd’hui. C’est donc maintenant qu’on doit se battre », pour Fabien Roussel. Il dénonce la «  cascade de plans de licenciement financés par de l’argent public » et martèle : «  il n’y a pas de fatalité au chômage et à la précarité. Le coronavirus est devenu le partenaire officiel du Medef. C’est honteux », fustige encore le parlementaire. Le PCF propose que « Les 100 milliards d’euros d’argent public soient placés sous le contrôle des citoyens, des élus, des salariés, dans chaque région  ».

« Un Front populaire du XXIe siècle »

Pour Fabien Roussel, qui, au passage, torpille les traités européens et l’austérité, il s’agit aussi de construire « l’unité dans l’action » : le PCF organisera le 10 octobre une journée de mobilisation « pour demander des comptes au gouvernement sur l’argent public distribué » avec des rassemblements devant les préfectures.

« On pense qu’on peut construire l’alternative à E. Macron à partir de cet engagement pour la transformation de l’ordre productif et que cela se fera à la fois avec tous les travailleurs et toutes les forces sociales et politiques qui veulent s’y engager. Un Front populaire du XXIe siècle, c’est notre feuille de route  », pour le responsable du PCF Paris Igor Zamichiei.

Priorité aussi à la jeunesse. «  Nous mettons une proposition sur la table : pas un seul jeune au chômage  », explique Fabien Roussel. C’est « un chantier immense qui doit mobiliser le gouvernement, les syndicats, nos services publics, nos collectivités, le Medef et les chefs d’entreprise  », lance-t-il, raillant les 100 000 services civiques à 580 euros par mois proposés par l’exécutif pour 750 000 jeunes en fin d’études.

Un «  changement profond des modes de production  » Un premier pas aussi vers la «  rupture avec le capitalisme » qui, même repeint en vert, demeure une « impasse  », car, en cette année de centenaire du PCF, il est bel et bien question de révolution. « Il faudra aller plus loin qu’un simple partage des richesses. Notre projet de société est fondé sur un changement profond de nos modes production. Les richesses doivent être créées sans exploiter les hommes et les femmes et sans épuiser la planète. » Dans la salle, un invité plutôt inattendu opine du chef. Jean-Luc Mélenchon en déplacement dans le Nord a tenu à faire le détour par Dunkerque. Il « s’enthousiasme  » pour le discours de Fabien Roussel et fait mine de ne pas voir en quoi sa présence étonne. « Ici, je suis un peu chez moi. La famille est tumultueuse comme dans toutes les familles, mais bon, j’ai été deux fois leur candidat  », explique le député de Marseille. Exit « la mort et le néant », l’heure est à une autre musique : J-L. Mélenchon, après avoir chanté main dans la main l’Internationale avec les communistes, estime ainsi que « la distance est moins grande à cette étape-ci » du fait des « circonstances  », avec « un véritable tsunami social » et un « changement climatique irréversible ».

Un candidat communiste pour 2022 ?

Si, pour le PCF, la présidentielle n’est vraiment pas la question du moment, Fabien Roussel en a profité pour envoyer un message à ses éventuels partenaires : «  Si chaque force politique justifie sa candidature, les uns pensant que l’écologie est le centre de tout, d’autres pensant qu’ils sont légitimes par rapport à leur dernier résultat à l’élection présidentielle. Si d’autres pensent qu’il faut un candidat unique à tout prix qu’importe le programme. Et si tous ceux-là pensent que le Parti communiste français ne présentera pas de candidat, je dis à tout le monde : “Vous vous trompez.” ». Fabien Roussel précise un peu plus tard : « Je n’ai pas dit qu’il y aurait un candidat, j’ai dit qu’ils se trompent s’ils pensaient qu’il n’y en aurait pas, il s’agit avant tout d’ouvrir les débats en sortant des idées préconçues  ». Quant aux régionales et départementales, « ce ne sont pas des élections intermédiaires, nous voulons un maximum d’élus communistes  ».

L’autre temps fort de la journée c’est l’arrivée de Philippe Martinez, invité à échanger avec le député du Nord sur le «  mode de production du XXI e siècle  » : « Nous ne proposons pas un plan de relance mais un plan de rupture avec les logiques financières, avec comme objectif « la réponse aux besoins sociaux et de la planète ». Ils se retrouveront tous le 17 septembre pour la journée d’action de la CGT et de six autres syndicats que le PCF appelle à soutenir.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|