« Le besoin de punir la populace locale est visiblement plus important que celui de la soigner, la nourrir et l’habiller. » Iain Levison, écrivain américain

L'Humeur
  • MONSIEUR MACRON FAIT SON MARCHÉ
  • 17 juillet 2020
  • On trouve de tout sur les marchés d’été, même des consciences à vendre. Macron cherchait un produit décoiffant, pour épater le bon peuple et lui faire oublier les résultats désastreux de Larem aux municipales. Il a trouvé : deux consciences bien exposées (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • NOIR SUR BLANC
  • 17 juillet 2020
  • Tendance baissière du « blanc » à la bourse langagière. Goethe disait, qu’opposé au noir, il forme une des trois paires de couleur pures. Rimbaud, lui, (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > JUILLET 2020 > N°1608 > MONSIEUR MACRON FAIT SON MARCHÉ

MONSIEUR MACRON FAIT SON MARCHÉ

vendredi 17 juillet 2020 , 61 : visites

On trouve de tout sur les marchés d’été, même des consciences à vendre. Macron cherchait un produit décoiffant, pour épater le bon peuple et lui faire oublier les résultats désastreux de Larem aux municipales. Il a trouvé : deux consciences bien exposées sur les médias, pleines de prises de position tonitruantes, de dénégations farouches et d’objurgations la main sur le coeur. Rares, des produits pareils. Et pourtant, en un rien de temps - celui de la transaction - il se les est procurés. Et c’est ainsi que nous avons, comme ministre de la Culture, une pharmacienne-chroniqueuse qui aurait voulu être la Callas, et, comme ministre de la Justice, un avocat-comédien atrabilaire qui rêvait d’en découdre avec la magistrature. Macron aura au moins permis d’exaucer deux rêves, il a un bon fond. L’empereur romain Caligula, qui avait aussi un bon fond, certes moins connu, avait nommé consul son cheval.

Nous sommes donc entrés dans une période dangereuse, où les yeux seront tournés vers deux ministres sur scène, en pleine lumière, contraints de ne pas décevoir leur public, pendant que le gouvernement poursuivra opiniâtrement la destruction de notre modèle social, dans le but d’une liquidation définitive. Macron dénonce «  la culture du chômage », sans dire un mot des patrons qui reçoivent de l’argent public et licencient massivement. Le Maire s’attaque à nouveau aux retraites, car « c’est absolument indispensable », surtout pour les fonds de pension qui tambourinent à la porte de son ministère. Blanquer va reprendre à la rentrée son projet d’école à plusieurs vitesses et Véran celui de l’assèchement de l’hôpital public où continueront les fermetures de lits. Marché de dupes.

G.MALAVAL

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|