« Le besoin de punir la populace locale est visiblement plus important que celui de la soigner, la nourrir et l’habiller. » Iain Levison, écrivain américain

L'Humeur
  • CÉCILE
  • 15 mai 2020
  • Cécile Rol-Tanguy , née Marguerite Le Bihan, femme du fameux colonel qui libéra Paris avec l’aide des Parisiens, Cécile, militante pour l’Espagne républicaine, communiste en 1938, agent de liaison d’Henri Tanguy qui se surnomma Rol parce qu’il avait (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 15 mai 2020
  • Bon... déjà... Il fallait remplir soi-même une déclaration, la signer, l’avoir sur soi pour la présenter éventuellement à des pandores.... Soit !! (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > MAI 2020 > N° 1599 > Déconfinement

Déconfinement

POUR UN « MASQUE 100 % SÉCU »

vendredi 15 mai 2020 , 304 : visites , par LDA

1er jour de déconfinement, 1ère manifestation. Armés de pancartes « Protégez les soignants et les citoyens » ou « Des masques 100 % Sécu  », des parlementaires et des militants du PCF, se sont rassemblés devant le ministère de la Santé, le 11 mai, pour exiger la gratuité des masques.

«  Une opération coup de poing  », plaisante le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, bousculé par les rafales de vent des saints de glace. Le message n’en est pas moins sérieux : «  Le port du masque est obligatoire dans de nombreux secteurs de travail, à l’école, dans les transports, les commerces… La gratuité n’est pas seulement une question de justice sociale, mais aussi un enjeu majeur de santé publique », assure le député du Nord, muni de la missive qu’il est venu porter à Olivier Véran. «  Nous regrettons que l’État n’ait pas pris ses responsabilités pour assurer le droit au masque de chacun et chacune, comptant sur les collectivités locales et sur le marché  », y fustige Fabien Roussel, estimant « urgent de mettre fin à cette guerre des masques comme à la contrebande qui va se développer au fil des semaines ! La santé de nos concitoyens et concitoyennes doit primer et ne pas dépendre de leur pouvoir d’achat ».

«  Un budget mensuel de 54 € par personne  »

Pour beaucoup de foyers, le coût demeure, en effet, bien trop élevé. « Le gouvernement a plafonné le prix des masques chirurgicaux à usage unique à 0,95 euro l’unité. Un montant maximal sur lequel se sont alignées les pharmacies. À ce tarif-là, le budget mensuel s’envole à 85 euros par personne », a relevé, vendredi, l’association de consommateurs UFC-Que choisir qui note qu’avec les tarifs de la grande distribution – 0,50 à 0,60 euro – « le budget mensuel (est) de 45 à 54 euros par personne ». Pas encadré pour l’heure, le prix des masques en tissu s’envole, lui, jusqu’à 15 euros, selon une enquête de 60 Millions de consommateurs. Sur le perron du ministère, c’est une réponse concrète que les communistes sont venus défendre : « un masque 100 % Sécu ».

Le dispositif fonctionnerait via des «  bons numériques ou physiques » échangeables « dans les mairies ou tous les points de vente » avec des « prix fixés par la Sécurité sociale pour éviter qu’ils ne flambent », détaille la sénatrice du Val de Marne Laurence Cohen. « Cette gratuité est un nouveau moyen à mettre en oeuvre pour lutter contre la pandémie, casser la circulation du virus », Le budget de la sécu doit être revu à la hausse pour faire face à la situation sanitaire insiste Fabien Roussel.

La mauvaise anticipation du gouvernement

Côté gouvernement, après de nombreux changements de pied quant à l’utilité même des masques, le premier ministre a rappelé, jeudi dernier, la prise en charge par l’État de 50 % du coût d’achat par les collectivités territoriales et affirmé qu’« une enveloppe de 5 millions de masques sera distribuée chaque semaine par l’État, par les préfets, pour les personnes les plus vulnérables ». Si la mesure va dans « le bon sens », selon Laurence Cohen, elle est loin d’être suffisante : «  Le problème, c’est que la santé est une mission régalienne. Or, la mauvaise anticipation de l’État n’a pas permis que tous les territoires soient approvisionnés, il n’y a pas d’égalité et, au jour J, tout le monde ne peut pas être équipé. » «  Les mairies ont distribué, les régions et les départements aussi… Dans un mois, qui va distribuer gratuitement des masques ? Les collectivités ne pourront plus mettre la main à la poche puisqu’elles ont déjà avancé beaucoup d’argent pour faire face à l’épidémie », objecte également Fabien Roussel.

Les parlementaires communistes feront valoir, dès les prochains jours, leur proposition à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|