« Un peuple humilié est un peuple qui se battra jusqu’au bout pour retrouver sa dignité ». Gisèle Halimi

L'Humeur
  • LE MARCHÉ ET LE VIRUS
  • 24 avril 2020,
    par Malicette
  • Un tableau tenu à jour par une équipe de médecins français permet de savoir quels sont les pays dans le monde qui luttent le plus efficacement contre le COVID-19. Prévention, soins, état du système de santé, recherche, etc. Tout est pris en compte pour (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 24 avril 2020
  • Quand le bâtiment va, tout va, ai-je entendu souvent dire. Or, il ne va plus... mais plus du tout, selon le Medef et ses produits dérivés. Du coup (...)

  • Lire la suite

MÉMOIRE

Message pour la Journée du Souvenir des victimes de la Déportation le 26 Avril 2020

vendredi 24 avril 2020 , 166 : visites

Il y a soixante quinze ans, au printemps 1945, plus de 700000 hommes, femmes et enfants étaient regroupés dans ce qu’il restait de l’univers concentrationnaire et génocidaire nazi à l’agonie. La moitié d’entre eux devaient encore périr, notamment dans les marches de la mort, avant que les armées alliées, dans leur progression, n’ouvrent enfin les portes des camps sur une insoutenable vision d’horreur. Les survivants de ce drame du genre humain, par leur esprit de résistance, leur volonté et leur profond attachement à préserver leur dignité, ont surmonté des conditions inhumaines malgré la présence et la menace permanentes de la mort. Le 1er octobre 1946 s’achevait le procès de Nuremberg qui fondait la notion de « crime contre l’humanité  » et posait les bases du droit pénal international. De tout cela, rien ne doit être oublié… Et pourtant, si les Déportés ont su montrer dans les pires circonstances que la résistance face au crime demeurait toujours possible, leur persévérance à témoigner partout et auprès de tous n’aura pas suffi à faire disparaître la haine, le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et le rejet des différences.

- Combattre sans relâche les idéologies qui affaiblissent notre modèle républicain et prônent le retour à l’obscurantisme et au fanatisme
- Promouvoir la tolérance -Investir dans l’éducation morale et civique des jeunes générations. Ce sont les messages des Déportés, qui veulent faire de la Journée nationale du Souvenir des victimes et des héros de la Déportation, une journée d’hommage, de recueillement, et plus encore, d’engagement personnel. La période dramatique de la Déportation rappelle en effet cruellement que les êtres humains sont responsables de l’avenir qu’ils préparent à leurs enfants, et qu’ils partagent une même communauté de destin.

La FNDIRP, La FMD, L’UNADI-FNDIR.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|