“ Le féminisme n’a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours. “ Benoite Groult

L'Humeur
  • ÉCRAN DE FUMÉE
  • 17 avril 2020,
    par Malicette
  • Le Président de la République a fait le 13 mars allusion aux « Jours heureux ». Ce programme du Conseil National de la Résistance, mis en chantier en 1945, au sortir de la terrible Deuxième Guerre Mondiale, fut évidemment un programme d’une ampleur (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 17 avril 2020
  • On nous annonce une « appli », présomptueusement baptisée « Stop covid » et louangée comme panacée pour éviter une rebelote après déconfinement. Si le (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > AVRIL 2020 > N° 1595 > Aube - Covid-19

Aube - Covid-19

LETTRE OUVERTE AU PREFET DE l’AUBE

vendredi 17 avril 2020 , 220 : visites , par LDA

Au nom de la Fédération de l’Aube du PCF et de ses élu-es, Jean Pierre Cornevin s’est adressé au Préfet de l’Aube.

Lettre ouverte à Monsieur le Préfet de l’Aube

Monsieur le Préfet, Depuis les premières mesures de confinement liées à la pandémie du coronavirus, le pays est confronté à un manque cruel de matériel dont il faudrait disposer pour observer les préconisations sanitaires recommandées par l’OMS et l’ensemble du corps médical.

Les professions les plus exposées au virus sont parfois encore privées de masques. Dans les hôpitaux, les EHPAD et pour les auxiliaires de vie chez les particuliers, on manque de blouses de protection. C’est l’engagement héroïque de nos soignants et de l’ensemble du personnel hospitalier qui permet de pallier jour après jour les conséquences tragiques des politiques de suppression de lits dans l’hôpital public ou encore l’abandon de nos capacités de production de respirateurs artificiels.

Dans son intervention du 13 avril le Président de la République a consenti à reconnaître « des failles  », « des ratés  » dont «  il faudra tirer toutes les conséquences en temps voulu  ». Pour notre part, et les faits nous donn ent raison, nous pensons que c’est la politique nationale d’intégration, coûte que coûte, à la mondialisation capitaliste, et le respect des injonctions des institutions financières européennes et mondiales, qui nous ont laissés si démunis en médicaments, masques, respirateurs et moyens financiers pour faire vivre un système hospitalier performant.

Mais puisque le président déclare que » le jour d’après ne sera pas comme le jour d’avant  », il nous faut dès maintenant penser à la relocalisation de nos productions essentielles à la vie de nos concitoyens et favoriser, partout où cela est possible, les circuits courts.

Notre département de l’Aube a été l’une des premières victimes des délocalisations de production, avec son industrie textile. Aussi nous semble-t-il urgent que l’industrie textile auboise, qui conserve encore des capacités de production importantes et un savoir- faire actif, se positionne dans la production de masques afin de répondre dans un premier temps à la demande départementale.

Le déconfinement va engendrer une demande très exigeante de sécurité sanitaire et un port généralisé du masque «  le masque grand public » dont a parlé le Président de la République ; il suffit pour s’en convaincre d’écouter les réactions de la population, et notamment des professeurs et des parents d’élèves, à l’annonce de la reprise des établissements scolaires et de la réouverture des crèches à partir du 11 mai prochain.

Ensuite, parce que la part de marché de cette fabrication de matériel sanitaire va se pérenniser compte tenu des risques probables de futures pandémies, selon la communauté scientifique.

Enfin, nous souhaitons attirer votre attention sur la situation sociale de notre département. L’Aube compte un nombre élevé de familles vivant sous le seuil de pauvreté et les salaires y sont inférieurs à la moyenne nationale. Malheureusement la situation économique issue de la pandémie ne va pas manquer de frapper durement un grand nombre de familles auboises. Aussi souhaitons-nous que des mesures exceptionnelles et importantes soient prises sans tarder afin d’éviter les drames sociaux et familiaux qui risquent de se multiplier si rien n’est entrepris.

Les élu-es communistes aubois-es sont évidemment disponibles pour évoquer la réalité de la situation sociale et économique dans le département. Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l’assurance de mes respectueuses salutations.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|