" Le combat de la vie est toujours politique et par les temps qui courent, il est toujours necessaire. " Michel Piccoli

L'Humeur
  • ÉCRAN DE FUMÉE
  • 17 avril 2020,
    par Malicette
  • Le Président de la République a fait le 13 mars allusion aux « Jours heureux ». Ce programme du Conseil National de la Résistance, mis en chantier en 1945, au sortir de la terrible Deuxième Guerre Mondiale, fut évidemment un programme d’une ampleur (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 17 avril 2020
  • On nous annonce une « appli », présomptueusement baptisée « Stop covid » et louangée comme panacée pour éviter une rebelote après déconfinement. Si le (...)

  • Lire la suite

NOS PEINES

SOLANGE BOILOT-GALBOIS

vendredi 17 avril 2020 , 92 : visites

Nous déplorons la mort de notre camarade Solange Boilot à l’âge de 74 ans. Issue d’une famille ouvrière de 9 enfants, quasiment tous militants, marqués de diverses façons (guerre d’Indochine ou d’Algérie), Solange fut dès sa majorité une bonnetière militante, dont nous parle son ex-mari Yvon : « En ces années qui suivirent 1968, on ne les voyait pas l’une sans l’autre : Arlette et Solange ; Solange et Arlette. Solange vient de rejoindre Arlette dans l’au-delà de nos coeurs et pour notre éternité. Elle a fermé les yeux le 27 Mars, soit 6 ans presque jour pour jour après sa soeur. » Dans les années 70/80 les bonnetières étaient mobilisées contre le déclin programmé du textile. Il fallait savoir percer à jour les manigances d’un patronat très paternaliste, qui préparait en fait les délocalisations. Arlette et Solange furent les fers de lance de ce combat en tant que déléguées CGT du personnel. C’est cette action pied à pied qui permit de maintenir à Troyes quelques grandes marques du groupe Devanlay qui avait alors 7000 salariés. « C’est Solange qui fit le rapport au C.A. du groupe et exposa les conséquences des accords multifibres de 1970   » nous dit Yvon.

Ce dialogue obligé chez Régley (Devanlay-Recoing) avec le patron Jean Lévy, à partir d’un rapport combatif et argumenté a sans doute contribué à préserver la présence d’un outil de production performant et créatif sur Troyes durant de nombreuses années. «  Solange Boilot-Galbois fut de celles-là et elle assurera des responsabilités au Parti Communiste, de 1970 à 1990, dans sa cellule et section d’entreprise ; et à la CGT de 1969 à 1989, comme secrétaire du Syndicat CGT de chez Régley. » ajoute Yvon.

Solange devint en effet communiste sous l’impulsion de sa soeur en 1970. La fédération était alors dirigée par Roger Clavier, Geneviève Delabruyère étant à la tête de la Dépêche. Notre parti et notre journal présentent leurs condoléances émues à la famille de Solange, principalement à ses enfants, William, Aurélie et Bérénice et à sa soeur Sylvette.

Jean Lefèvre

Note : Arlette Boilot-Martin, décédée en 2014, fut membre du Comité Central. Elle avait épousé Henri Martin, célèbre combattant pacifiste qui s’était dressé contre la guerre d’Indochine

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|