“ Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre. ” Karl Marx

L'Humeur
  • UN CHARLATAN
  • 3 avril 2020
  • Il y a vraiment des coups de pied au cul qui se perdent. Bruno Le Maire vient de déclarer qu’il était prêt, pour sauver l’économie, à nationaliser les grandes entreprises qui risquent de vaciller sous le vent violent de la crise. C’est pourtant lui qui (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 3 avril 2020
  • Je me suis doutée que tout ça partait en sucette, a dit une quidame témoignant de « son » confinement. Nous y sommes. La crise sanitaire prédite par (...)

  • Lire la suite

NOS PEINES

LOUISETTE ADANI

vendredi 3 avril 2020 , 185 : visites

Notre camarade Louisette vient de nous quitter à l’EPAHD de Pont-sur-Seine où elle avait été admise. Communiste depuis quand ? Depuis toujours pourrait-on dire, car Louisette cultive depuis sa plus jeune enfance le souvenir de son père, Charles Masson, fusillé «  crapuleusement » dit-elle, à Montgueux le 18 avril 1942.

Elle venait de naître. Elle ne l’a pas connu. Mais elle lui a voué un culte fervent et patriotique jamais démenti. Dans le livre «  La Résistance dans l’Ouest aubois  », Louisette Masson-Adani raconte cette douloureuse expérience d’être une « fille de fusillé » qui l’a entraînée à vouloir comprendre l’engagement communiste de cette période qui fut, n’en déplaise à certains, un engagement précoce puisque Charles Masson faisait partie de la « Réunion du Château des Cours » à Saint-Julien les Villas le 5 septembre 1940, réunion convoquée par Maurice Romagon et dont le but était la reconstitution du PCF, le ramassage des armes et la distribution de tracts antiallemands.

Louisette a toujours voulu témoigner pour ce « héros » disparu. Elle a donc milité au PCF, à la CGT, à l’ANACR (Résistance), et à la FNDIRP (déportation). Après avoir vécu dans la Nièvre, elle est revenue à Romilly en 1959 pour s’y marier avec un autre militant Guy Adani, décédé depuis. Elle fut agent administratif près de Maurice Camuset.

On garde d’elle le souvenir d’une femme appréciée pour ses compétences et sa grande générosité.

A ses 2 enfants Isabelle et Sylvain et à ses petit enfants, la Dépêche de l’Aube et notre parti adressons nos condoléances émues.

SOLANGE BOILOT

Nous apprenons également le décès de Solange Boilot, soeur d’Arlette Boilot-Martin. Nous présentons nos plus vives condoléances à ses 3 enfants, William, Aurélie et Bérénice et à leurs familles.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|