« Le besoin de punir la populace locale est visiblement plus important que celui de la soigner, la nourrir et l’habiller. » Iain Levison, écrivain américain

L'Humeur
  • UN CHARLATAN
  • 3 avril 2020
  • Il y a vraiment des coups de pied au cul qui se perdent. Bruno Le Maire vient de déclarer qu’il était prêt, pour sauver l’économie, à nationaliser les grandes entreprises qui risquent de vaciller sous le vent violent de la crise. C’est pourtant lui qui (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 3 avril 2020
  • Je me suis doutée que tout ça partait en sucette, a dit une quidame témoignant de « son » confinement. Nous y sommes. La crise sanitaire prédite par (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > AVRIL 2020 > N° 1593 > ILS N’ONT PAS HONTE !

ILS N’ONT PAS HONTE !

LA PRODUCTION D’OXYGÈNE ASPHYXIÉE

vendredi 3 avril 2020 , 243 : visites

Après les masques, les gants, les tests, les soignants seront-ils privés de bouteilles à oxygène médical ? Les ex-salariés de l’entreprise Luxfer de Gerzat (Puy-de-Dôme) alertent sur ce risque depuis l’annonce de la fermeture de l’entreprise en décembre 2018 par leur actionnaire britannique. Ils exigent désormais la nationalisation immédiate de leur site. Les soignants seront-ils privés de bouteilles à oxygène médical ? Les 134 ex-salariés de l’entreprise Luxfer de Gerzat (Puy-de-Dôme), près de Clermont-Ferrand, alertent sur ce risque depuis l’annonce de la fermeture de l’entreprise en décembre 2018. À l’époque, il n’était alors question ni de Covid-19 ni de pandémie. « C’est criminel de fermer une telle entreprise. Notre production est d’utilité publique  », répète inlassablement Axel Peronczyk, représentant du personnel CGT de l’usine de Gerzat. Les ex-salariés sont mobilisés depuis quinze mois pour défendre leur savoir-faire unique en France et occupent le site depuis le 20 janvier, en alternance un par un depuis les mesures de confinement, afin d’empêcher le départ des machines. Mais la défense de leurs emplois est passée au second plan face la pandémie.

« Les Luxfer veulent se rendre utiles face à la maladie  », font-ils savoir. Aujourd’hui au chômage, ils ont fait passer le message au ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Ils sont prêts à reprendre la production immédiatement et viennent de lancer une pétition sur Change.org en faveur de la « nationalisation définitive » de l’usine auvergnate. Pour cela, ils s’appuient sur les propos d’Emmanuel Macron, qui, le 12 mars, avait jugé que « la pandémie révèle que des biens et des services doivent être placés en dehors de la loi du marché », suggérant de «  reprendre le contrôle » notamment « de notre capacité à soigner  ». L’usine de Gerzat fabriquait 220 000 bouteilles haute pression par an, dont la moitié pour l’oxygène médical, 40 % pour équiper les pompiers et 10 % pour l’industrie. L’État était l’un des principaux clients de l’entreprise et doit désormais se fournir en Grande-Bretagne, voire en Chine. Or, au moment de l’annonce de la fermeture par Luxfer, qui compte parmi ses actionnaires les principaux fonds de pension dont BlackRock, les bénéfices affichaient une hausse de 55 % !

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|