« Dans un état bien ordonné, la liberté de la presse doit être illimitée pour les écrivains qui surveillent les fonctionnaires publics. » Marat

L'Humeur
  • LUMIERES
  • 27 mars 2020
  • Nous voilà confinés. Mes voisins se terrent et se taisent. Ils n’ont pas connu comme moi le couvre-feu des années 40, époque sombre où nous y étions astreints dès le début de la soirée avec interdiction de sortir et de laisser filtrer quelque lumière que (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 27 mars 2020
  • Le textile aubois s’est mis à produire des masques. Bien. Toujours est-il qu’en contrepoint de l’impéritie du pouvoir qui a décidé de ne pas (...)

  • Lire la suite

LUMIERES

vendredi 27 mars 2020 , 115 : visites

Nous voilà confinés. Mes voisins se terrent et se taisent. Ils n’ont pas connu comme moi le couvre-feu des années 40, époque sombre où nous y étions astreints dès le début de la soirée avec interdiction de sortir et de laisser filtrer quelque lumière que ce soit. Les vitres étaient peintes en bleu-nuit et les rondes allemandes intransigeantes. Un jour, un officier plus tatillon que les autres, apercevant une lueur sortant d’un carreau mal protégé, tira carrément dans la fenêtre donnant sur la cuisine où toute la famille était à souper. Grand fracas qui révolta le grand-père, un Suisse remarié avec ma grand-mère, et qui sortit en furie engueuler le boche en lui expliquant en dialecte alémanique qu’il y avait des gosses à table et qu’il aurait pu les tuer. On étouffa l’affaire, la neutralité suisse avait opéré.

Aujourd’hui, ce n’est qu’un virus, le vilain Chleu a été terrassé. Mais il n’y a pas d’ennemi si minuscule soit-il qui n’ait gueule humaine. Je ne parle pas des dégâts qu’il fait sur l’humanité entière et même la plus nombreuse car la plus démunie, je parle de la responsabilité terrible de cette partie riche de l’humanité qui a permis les déforestations, l’urbanisation sauvage, l’agriculture à pesticides, provoquant les infections nombreuses et nouvelles dans les régions chaudes, maladies qui se transmettent aujourd’hui à vitesse grand 

Cette crise provoquera des changements fondamentaux dans notre vision de la société, à condition qu’on soit conscient de son origine humaine. Ce serait la vraie « transparence ». Autrefois les pestes permirent la survie du système féodal tant que les populations avalèrent la couleuvre du « châtiment divin ». Mais vinrent les Lumières.

Jean LEFÈVRE.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|