L’affirmation de la paix est le plus grand des combats. » Jean Jaurès

L'Humeur
  • UN AUTRE MONDE
  • 14 février 2020,
    par Malicette
  • Se battre sans réfléchir, c’est impossible. Les medias me donnent de la nourriture. Diverse et variée. Et des diseurs de qualité. Des témoins de la souffrance du christ, des apôtres et des messies ! Ils ont vu, rapportent et prédisent. Ils s’appellent (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 14 février 2020
  • Il y a deux ans, à même époque après la tuerie de Parkland, Donald Trump disait envisager d’armer les enseignants. Le Rassemblement national fait (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > FEVRIER 2020 > N°1586 > Union Européenne - Libre échange

Union Européenne - Libre échange

La fuite en avant repart de plus belle

vendredi 14 février 2020 , 270 : visites , par LDA

À Strasbourg, la majorité du Parlement européen s’apprête à valider un nouvel accord sur le commerce et l’investissement avec le Vietnam. Après le CETA, Mercosur... de tels traités n’ont comme objectif que de gonfler les profits des multinationales contre les intérêts des peuples.

Et un de plus ! Le Parlement européen examinait cette semaine les accords de libre-échange et d’investissement entre l’Union européenne et le Vietnam, négociés depuis 2012 et signés l’année dernière. Afin d’éviter les difficultés rencontrées dans le processus de ratification de l’accord entre l’Union européenne et le Canada (Ceta), la Commission a décidé de scinder le texte initial en deux : la partie commerciale est du seul ressort de l’UE - elle ne nécessite pas de validation par les parlements des États membres -, alors que les développements sur les investissements demeurent d’une compétence mixte et devront donc être validés par les représentations démocratiques des États. Dans un appel publié en début de semaine, près de 70 associations et ONG européennes énumèrent tous les risques que fait peser ce nouvel accord de libre-échange.

Aucune clause, écrivent-elles, «  garantissant que le droit international en matière de droits humains, d’environnement ou de climat prime sur les règles du commerce », absence de « normes communes ambitieuses  » et d’engagements concrets en matière de climat, d’environnement, de conditions de travail et de droits humains, «  menace immédiate  », au nom de la propriété intellectuelle, «  pour la disponibilité de médicaments génériques à des prix abordables », privilèges démesurés accordés aux investisseurs qui pourront compter sur le futur tribunal multilatéral pour le règlement des différends. Pour ces nombreux mouvements, les eurodéputés doivent « ratifier des accords de commerce et d’investissement contraires aux principes fondamentaux de l’UE ». De son côté, la Confédération européenne des syndicats (CES) demande de surseoir à toute approbation de l’accord avant l’adoption par le Vietnam des conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur l’abolition du travail forcé et sur la liberté syndicale, que Hanoï s’est engagé à ratifier.

Non pas la concorde, mais la concurrence exacerbée

Les Verts et la Gauche unitaire européenne (GUE-NGL) se prononcent contre cet accord en l’état. Pour l’écologiste belge Saskia Bricmont, «  Voter ce texte est un pied de nez à nos valeurs  ». La gauche européenne dénonce « soit la grande naïveté, soit la grande hypocrisie » des institutions européennes : «  Ce n’est pas un accord gagnant-gagnant, contrairement à ce que dit la Commission. Les travailleurs européens vont en payer le prix en perdant leurs emplois dans des secteurs comme le textile. Nous devons avoir un partenariat avec le Vietnam, mais pas sous la forme d’un accord de libre-échange. » Au sein des sociaux-démocrates (S&D), les français se distinguent en étant sur une position similaire. « Nous ne pouvons décréter l’urgence climatique et continuer comme avant à empiler les accords de libre-échange. Faites preuve d’un minimum de cohérence, votez non  », intime Raphaël Glucksmann. Mais, à l’instar de la droite (PPE et Renew), la majorité du groupe S&D paraît disposée à approuver ce nouvel accord de libre-échange. Les conservateurs du PPE se pourlèchent les babines devant « l’ouverture des marchés asiatiques ». L’un d’eux, l’allemand Sven Simon, membre de la CDU d’Angela Merkel, vante au passage les accords de libre-échange comme « la seule manière pour l’Union européenne d’avoir une influence géopolitique ».

Ne croyons pas que les accords de libre-échange visent à des coopérations mutuellement avantageuses entre nations. Ils sont voulus par les grandes firmes transnationales pour amplifier la guerre économique et gonfler leurs profits, au détriment de l’emploi, des salaires, de la santé, de l’environnement, des territoires. Le libre-échange, ce n’est pas la concorde entre les peuples mais leur mise en concurrence exacerbée.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|