“Si vous n’êtes pas vigilants, les journaux arriveront à vous faire détester les opprimés et aimer ceux qui les oppriment. ”     Malcolm X

L'Humeur
  • FAITES VOS JEUX !
  • 15 novembre 2019
  • Faites vos jeux, rien ne va plus ! Il y a ceux qui n’ont jamais appris les calculs de probabilités et qui perdent régulièrement un peu d’argent en espérant en gagner beaucoup pour vivre mieux. Et il y a ceux qui sont sûrs de gagner sans même se donner (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 15 novembre 2019
  • Ah qu’elles étaient belles les images de notre Président lors de son déplacement à Mayotte ! Vraiment, ce fut un spectacle grandiose pour la partie (...)

  • Lire la suite

Lu pour vous

Les échos et la marmite sociale

vendredi 15 novembre 2019 , 94 : visites

Le feu au plancher ? Si Les Échos ont une analyse assez lucide du bouillonnement actuel de la “marmite sociale”, c’est pour derechef allumer de gros cierges pour qu’elle n’explose pas.

Donc, «  les gilets jaunes ne [feraient] plus guère parler d’eux. Mais le mécontentent social qu’ils ont incarné, lui, n’a pas disparu. » Ce voeu pieux est celui des Échos. Mais dans son “Fait politique du jour”, Stéphane Dupont, le chroniqueur, s’empresse aussitôt d’ajouter que «  si l’incendie est éteint, les braises rougeoient toujours, malgré les gestes forts déjà consentis par le gouvernement  ». Un peu plus loin, le journal note qu’aujourd’hui « les foyers d’embrasement ne manquent pas, que ce soit à l’hôpital, à la RATP, à la SNCF ou dans l’Éducation nationale ». Puis il ajoute que «  l’exécutif en est bien conscient et s’active pour étouffer tous les départs de feu ». Et, tout tremblant, l’éditorialiste ajoute : « Il faut à tout prix éviter que les luttes convergent, comme le voudraient la CGT ou la gauche radicale. » Alors il paraît que «  le gouvernement va encore s’employer à refroidir la marmite sociale  ». Toute une imagerie pour ne pas admettre clairement que toutes ces colères existent parce qu’une majorité d’hommes et de femmes ne supporte plus les conditions de mal-vie imposées.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|