Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

L'Humeur
  • PERTES ET PROFITS
  • 18 octobre 2019
  • Le suicide de Christine Renon a mis en pleine lumière le malaise des enseignants causé en grande partie par les réformes et le comportement du ministre de l’Éducation nationale. C’est très directement la politique gouvernementale qui est mise en (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 18 octobre 2019
  • J’hésite. Abruti ? Ane bâté ? Trump a dit : « les Kurdes ne nous ont pas aidés pendant la Seconde guerre mondiale ». Sa parole n’étant pas d’Évangile (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > OCTOBRE 2019 > N° 1569 > Transports publics

Transports publics

à Troyes, “une absence de volonté politique”

vendredi 18 octobre 2019 , 1 : visites , par LDA

Conseiller délégué à la mairie de Paris auprès de l’adjoint à l’urbanisme, Jacques Baudrier était la semaine dernière à Troyes. Invité par l’UPOPAube, pour une conférence sur le développement des transports publics et leur gratuité, il a répondu à trois questions de La Dépêche de l’Aube.

Le développement des transports collectifs et leur gratuité s’annoncent comme un thème fort des élections municipales à venir…

Jacques Baudrier : L’urgence climatique impose de faire progresser rapidement la part des transports collectifs. Instaurer la gratuité comme l’ont déjà fait plus de trente agglomérations françaises est une mesure lisible, efficace immédiatement. La gratuité des transports collectifs est une mesure d’écologie positive. Elle offre du pouvoir d’achat supplémentaire à tous les usagers tout en encourageant l’utilisation des transports publics, qui émettent beaucoup moins de gaz à effet de serre. Comme la gestion des transports publics est assurée par des agglomérations, dont les élus sont désignés au sein des conseils municipaux, il est logique, et légitime, que la gratuité des transports publics s’impose dans le débat des municipales.

De plus en plus d’agglomérations font ce choix. S’agitil d’une volonté politique ?

J.B.  : C’est bien sûr la conséquence d’une volonté politique. Les agglomérations qui ont fait le choix de la gratuité dès les années 1970, comme Compiègne, sont peu nombreuses. Leurs sensibilités politiques sont variées. On constate une montée récente du débat de la gratuité un peu partout. Des agglomérations de plus en plus grandes, comme récemment Dunkerque et ses 200 000 habitants, ont fait ce choix. C’est souvent à l’initiative des forces de gauche, plus engagées, à la fois pour le pouvoir d’achat, et face au défi climatique. Au Parti communiste, nous proposons une généralisation de la gratuité des transports dans l’ensemble du pays. Il s’agit pour nous d’un choix de société qui lie le développement du service public à la lutte pour le climat.

L’agglomération de Troyes apparaît comme un mauvais élève sur la question des transports publics ? Existe-t’il des marges de manoeuvre ?

J.B. : La part des transports publics est faible à Troyes, tout comme celle des modes doux et du vélo. C’est le résultat d’une absence de volonté politique. Troyes a beaucoup de retard sur nombre d’autres agglomérations de taille équivalente. On compte peu d’aménagements pour les transports publics et le vélo. C’est la conséquence de budgets trop limités accordés sur le long terme. Il y a bien sûr des marges de manoeuvre au sein même des budgets de la métropole, et des cofinancements à mobiliser aux échelons régionaux et nationaux. Par exemple Troyes n’a obtenu aucun financement de l’État dans le cadre du récent appel d’offres vélo. Une métropole comme Strasbourg a obtenu des financements pour 13 projets. Troyes a beaucoup de retard et doit agir vite. Les communistes proposent la mise en oeuvre, dès 2020, de la gratuité des transports publics. C’est une proposition forte pour les municipales de 2020, et cela permettrait de faire progresser très vite la part des transports publics. C’est tout à fait possible, c’est juste une question de volonté politique. Il faut aussi investir pour aménager la ville, en créant des voies cyclables et des aménagements pour les bus. Le retard dans les deux domaines est très important. Toutes les agglomérations doivent participer à la lutte pour le réchauffement climatique. Les transports contribuent pour plus de 30% aux émissions de gaz à effet de serre en France, et cette proportion augmente. Le Haut Conseil pour le Climat a dénoncé cette réalité dans son dernier rapport. Pour lutter contre le réchauffement climatique, il faut diminuer la part des déplacements automobiles dans toutes les villes et agglomérations. À Troyes comme ailleurs.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|