“Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit.” Napoléon Bonaparte

L'Humeur
  • SAVOIR DIRE NON
  • 2 octobre 2019
  • C’est triste, cette affaire du Médiator. Triste d’abord et surtout pour les victimes. Triste aussi pour ce qu’elle révèle du degré de résignation, d’obéissance et de veulerie qui gangrène la société. Douze responsables sont aujourd’hui sur le banc des (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 2 octobre 2019
  • Nos gouvernants sont des chics types. Quels efforts ne font-ils pas, en effet, pour nous rassurer ? Pollution au plomb après le feu de Notre-Dame (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > OCTOBRE 2019 > N° 1567 > SAVOIR DIRE NON

SAVOIR DIRE NON

mercredi 2 octobre 2019 , 104 : visites

C’est triste, cette affaire du Médiator. Triste d’abord et surtout pour les victimes. Triste aussi pour ce qu’elle révèle du degré de résignation, d’obéissance et de veulerie qui gangrène la société. Douze responsables sont aujourd’hui sur le banc des accusés. « Combien de coupables ? », titrait l’Humanité. Il faut espérer que la Justice fera justice, au moins en partie, car il y a tous ceux qui ne sont pas inquiétés après avoir dit comme à Nuremberg « Je ne faisais qu’obéir.  » Obéir, quel comportement affreux et inhumain ! Beaucoup d’autres au moins ont l’excuse du fric. Échanger des cadavres contre des billets de banque, après tout ce n’est que la logique extrême d’un système fait pour les premiers de cordée. Il se vend bien des armes à l’Arabie saoudite !

Il y a des subalternes qui ont laissé faire, sans réagir, sans avertir, sans dénoncer. Il y a des humains de chair et de sang, sinon de coeur, qui savaient et qui ont couvert, dans des ministères, dans des laboratoires et dans des cabinets d’avocats. Il y a des individus qui ont déconsidéré l’Agence de santé. Il y a des médecins qui ont prescrit la mort malgré les alertes et qui sont, aujourd’hui encore, sans remords. Que des gens très gentils, et qui écoutaient jouer du piano, une fois rentrés chez eux, après leur journée de travail.

Guy CURE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|